Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

UBB : pas de naming pour le stade Chaban-Delmas

Écosystème
mardi 31 août 2021

Le stade Chaban-Delmas ne changera pas de nom. Crédits : OceanProd - stock.adobe.com

Le projet de baptiser le stade Chaban-Delmas du nom de Human, partenaire financier de l'Union Bordeaux-Bègles, ne sera pas concrétisé. Un manque à gagner significatif pour le club de rugby, qui enregistre un important déficit financier.

Ce mardi 31 août lors de notre Placéco Live, le président de l’UBB Laurent Marti est revenu sur le projet de « naming » du stade Chaban-Delmas. « Malheureusement, c’est quelque chose qui ne va pas voir le jour », a-t-il annoncé à notre micro. Pour rappel, ce projet visait à rebaptiser le stade du nom d’un partenaire financier du club, en l’occurrence Human – anciennement la Bourse de l’Immobilier. Un moyen d’assurer la pérennité financière du club.

Le président de l’UBB a expliqué avoir rencontré le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, en juillet dernier, mais ce dernier reste opposé au naming. Trois problématiques semblent pointées du doigt. « Tout d’abord comment reverser l'argent au club, car c’est la Ville qui aurait fait le naming, reprend Laurent Marti. Mais il suffirait de le passer dans des budgets communication ou des subventions, sachant que l’UBB est déjà en retard de subvention. » Deuxième argument, il aurait fallu faire un appel d’offres. Enfin, « la troisième et vraie raison, c’est qu’il y a une idéologie qui ne correspond pas à ce que le maire de Bordeaux veut porter, conclut Laurent Marti. Au bout d’un moment, on ne peut pas aller contre son maire ».

« On ne peut pas réduire nos ambitions »

Malgré cette impasse, le président de l’UBB a souligné « de bonnes idées » des élus politiques, pour que son partenaire Human apparaisse tout de même aux côtés du club. Une alternative qui rapportera moins que la solution de naming. « La différence entre ce qui sera signé et ce qui aurait dû l’être représente plusieurs centaines de milliers d’euros par saison pour un contrat de sept ans ». Des économies seront elles nécessaires ? « On ne peut pas réduire nos ambitions », a affirmé Laurent Marti. Il compte sur l’engouement grandissant lié aux bons résultats de l’équipe, « pour qu’à travers le public et nos partenaires, on développe encore plus nos ressources ».

Laurent Marti a également fait mention de « la responsabilité » de Pierre Hurmic. « C’est peut-être de nous pousser un jour dans les bras d’un fonds d’investissement, si l’augmentation de capital continue et qu’on ne trouve pas les ressources nécessaires. » Pourtant opposé à cette solution, car l’UBB « fait partie du patrimoine d’une ville, d’un département », le président du club a poursuivi : « Si, à un moment, les acteurs qui doivent nous aider ne le font pas pour des raisons idéologiques – que je respecte -, on sera obligé de remettre les nôtres en cause. »

Sur le même sujet