Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Eau : le bassin d’Arcachon confie son assainissement à Veolia

Écosystème
lundi 18 janvier 2021

Yves Foulon, maire d’Arcachon et président du SIBA, et Frédéric Van Heems, directeur général Eau France de Veolia - photo AL

Le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA) a formalisé lundi le nouvel accord de délégation de service public qui confie à Veolia l’assainissement collectif de ses eaux usées pour six ans. Le contrat s’assortit d’investissements et d’engagements visant à améliorer à la fois la qualité de service et l’empreinte écologique, sans surcoût pour l’usager final.

C’est un changement dans la continuité pour le traitement des eaux usées sur les dix communes qui bordent le Bassin d’Arcachon, puisque le SIBA a renouvelé sa confiance à Veolia. La nouvelle délégation de service public (DSP), entamée le 1er janvier 2021 pour une durée de six ans, passe par la société, SB2A, filiale à 100% de Veolia, qui continuera à exploiter la marque Eloa sous laquelle les activités d’assainissement sont réalisées depuis la signature de la précédente DSP, en 2013.

« C’est un contrat de DSP d’un nouveau type, qui mélange le savoir-faire et l’expérience du SIBA à l’expertise technique et aux capacités de management apportées par Veolia », a salué Frédéric Van Heems, directeur général Eau France de Veolia, lors de la signature officielle du contrat, lundi à Arcachon. Pour mettre en œuvre son nouveau cahier des charges, présenté comme « très exigeant », la multinationale indique avoir déjà porté les effectifs de SB2A de 40 à 51 personnes. 7 recrutements supplémentaires sont d’ores et déjà programmés.

Mise en route d'une unité de méthanisation à la Teste

« La mise en place de cette organisation dédiée va permettre d’internaliser un maximum d’opérations de type BTP ou curage », s’est félicité Yves Foulon, maire d’Arcachon et président du SIBA, selon qui cette nouvelle DSP devrait se traduire par « plus de réactivité et plus de proximité » pour les habitants des dix communes concernées. Pour le SIBA, la dépense devrait rester dans une fourchette comprise entre 8 et 10 millions d’euros par an.

Veolia s’engage de son côté à investir pour assurer l’exploitation des nouveaux ouvrages d’assainissement financés par le SIBA, à commencer par la nouvelle station d’épuration de Cazaux, qui collectera et traitera les effluents de la base aérienne 120 (BA120). SB2A sera également chargée du bon fonctionnement de l’unité de méthanisation installée sur la station d’épuration de la Teste.

L’ouvrage, qui a nécessité un investissement de 6 millions d’euros et sera mis en service courant février, doit permettre de produire l’équivalent de la consommation de 700 foyers en gaz vert, qui sera réinjecté dans le réseau de GRDF. Le délégataire s’engage par ailleurs à étendre la période de désinfection par ultraviolet des eaux rejetées en mer au wharf de la Salie : initialement programmée de juin à septembre, elle sera désormais réalisée toute l’année. Veolia déploiera également ses outils de supervision à distance du réseau d’assainissement, pilotés depuis un centre technique installé à Biganos. Les deux contractants maintiennent enfin leur pôle recherche, doté d’une enveloppe de 200 000 euros par an, cofinancée à part égale.

Un contrat « raisonnablement profitable »

En dépit de cette DSP étendue, le SIBA et Veolia s’engagent à ce que la part assainissement facturée aux foyers concernés ne bouge pas sur les six prochaines années. « Nos équipes ont fait un gros travail pour se réorganiser et digitaliser notre manière de travailler, c’est ce qui nous permet d’être plus compétitifs et de permettre à la collectivité de continuer à investir de façon importante sans impact sur l’usager », a expliqué salué Frédéric Van Heems. Pour Veolia, le contrat reste ainsi « raisonnablement profitable ».

Les communes de Mios et Marcheprime, qui ont récemment rejoint le SIBA, bénéficieront quant à elles d’un contrat de DSP spécifique qui démarrera au 1er janvier 2022 pour une durée de cinq ans, afin que les deux DSP puissent éventuellement être fondues en une seule au 1er janvier 2027.

Sur le même sujet