Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Midipile Mobility s’adosse à un industriel charentais pour produire son véhicule hybride

Stratégie
vendredi 02 décembre 2022

Emmanuel Crigent, directeur de la Chaudronnerie Lespinasse, et Benoît Trouvé, fondateur de Midipile Mobility. Crédits : Midipile Mobility

La startup Midipile Mobility, qui conçoit un véhicule hybride léger, noue un partenariat avec La Chaudronnerie Lespinasse, pour ouvrir une ligne de production pilote. Objectif : fabriquer 15 véhicules l’année prochaine… Puis 200 en 2024.

C’est une première avancée industrielle pour Midipile Mobility. La startup angoumoisine, incubée à Bordeaux (Le Campement, Darwin), a noué un partenariat industriel avec La Chaudronnerie Lespinasse, basée en Charente, pour ouvrir une usine pilote. Depuis deux ans, Midipile Mobility conçoit un véhicule léger, hybride et électrique, pour faciliter la mobilité urbaine et la décarboner. Ce véhicule adressera dans un premier temps le marché BtoB et notamment la logistique du dernier kilomètre, puis les déplacements internes ou intersites des sociétés, avant de s’ouvrir aux particuliers. « Notre projet n’aura de vertu que si on passe par une industrialisation de masse, affirme à Placéco Benoît Trouvé, fondateur de la startup. Quand on a l’ambition, comme nous, d’enlever les véhicules automobiles des centres-villes, il faut se donner un cadre crédible pour montrer ce qu’on sait faire. »

Un test grandeur nature

Le choix de ce partenaire ne relève pas de la simple opportunité : Midipile Mobility veut recréer de l’emploi dans les territoires, et plus uniquement dans les grandes métropoles. « Il y a une forme de surconcentration de l’activité sur Bordeaux », illustrait Benoît Trouvé en mai 2022. Durant deux ans, donc, la jeune pousse bénéficiera de locaux, mis à disposition par La Chaudronnerie Lespinasse, en contrepartie d’une prise de capital dont le pourcentage est tenu confidentiel. « On est très heureux à plusieurs titres. Cet industriel a de nombreux outils, nous comprend et veut nous aider à passer à l’échelle. » Un challenge de taille, pour la startup, qui ambitionne de produire 15 véhicules en 2023, puis 200 dès 2024. « On prend cet outil de production comme une ligne pilote, un test grandeur nature. On fait de l’intégration donc on mettra en place différents postes de montage, pour les améliorer et être prêts, d’ici deux ans », commente le fondateur.

Une fois ce modèle d’usine éprouvé, Midipile Mobility souhaite le dupliquer à l’échelle européenne, pour avoir des outils de production les plus proches des « bassins de roulage », tout en restant à taille humaine. Chaque site comprendrait la patrie assemblage, la maintenance et un petit volet commercial. En 2023, la startup lancera une levée de fonds pour pouvoir accélérer – et notamment doubler ses effectifs (7 associés et 5 contrats aujourd’hui).

Midipile Mobility
Basée à Angoulême 
7 associés, 5 salariés

Sur le même sujet