Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Keolis Bordeaux Métropole devient une entreprise à mission

Écosystème
mercredi 26 octobre 2022

Keolis reste opérateur des transports en commun jusqu'en 2030. Photo d'illustration : Adobe Stock Sergey Kelin

Keolis Bordeaux Métropole, l’opérateur du réseau de transport en commun, officialise son statut d’entreprise à mission. Et dévoile, au passage, plusieurs objectifs en matière de RSE, dont la réduction de 80% des émissions de CO2 liées à l’énergie de traction.

Depuis le 25 octobre, Keolis Bordeaux Métropole est officiellement la première entreprise à mission dans le domaine du transport urbain de voyageurs. Une évolution qui s’inscrit dans la prochaine délégation de service public (DSP), qui s’étendra de 2023 à 2030. « C’est un événement rare, pour un contrat qui pèse lourd – 2,2 milliards d’euros – et qui a beaucoup d’ambition. Nous serons des partenaires bienveillants, vigilants mais rigoureux, les objectifs fixés sont faits pour être respectés car je sais que nous sommes très attendus sur cette question de la mobilité », a rappelé Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, à l’attention de Marie-Ange Debon, présidente du directoire du groupe Keolis.

Quatre grands objectifs sont déterminés : agir pour la transition énergétique et la réduction de l’empreinte carbone ; accompagner le développement des collaborateurs en favorisant l’insertion et l’innovation sociale ; développer toutes les mobilités et assurer celle des publics plus fragiles ; et nouer des partenariats sur le territoire. « Peu d’entreprises se sont risquées [au statut d’entreprise à mission], d’ailleurs on parle parfois de green ou social washing. Je le vois plutôt comme une démarche extrêmement volontariste de progrès, s’est félicitée Marie-Ange Debon. Cela ne veut pas dire que tout deviendra parfait, mais il s'agit de se mettre dans un mode de transformation, d’objectifs à atteindre. »

A lire : Keolis garde la main sur les transports en commun de la Métropole

Un comité de suivi contrôlera les engagements

Dans les faits, 15 plans d’actions regroupant les grandes thématiques de la RSE, seront déclinés au fur et à mesure. Sur le volet environnemental, Keolis Bordeaux Métropole ambitionne notamment de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 80% concernant l’énergie de traction ; ou de baisser de 15% la consommation d’eau utilisée pour nettoyer les tramways, d’ici 2026. 75% des déchets devraient également être valorisés dans les quatre ans à venir, et l’entreprise réduira de 10% sa consommation énergétique, liée à la conduite et aux véhicules. Concernant la proximité avec les acteurs du territoire, « nous comptons déjà 67% d’achats locaux, et l’on va poursuivre dans cette dimension », a commenté Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole.

« C’est toute une batterie d’objectifs qu’on met en place, et il est prévu que l’on se fasse contrôler, a poursuivi Marie-Ange Debon. Il y aura un comité des parties prenantes qui nous challengera, nous surveillera et nous donnera des idées ; dont le bureau est en cours de composition. » Au-delà de ces objectifs RSE, l’opérateur affirme vouloir consolider la qualité de ses services, en atteignant 95% de ponctualité, et en réduisant ses pannes APS (alimentation par le sol) de 50%. « La problématique à Bordeaux, c’est que l’APS est une très grande réussite, mais elle connaît quelques fragilités historiques. Les moyens humains et financiers ont été dimensionnés selon la circulation, ce qui nous a permis de nous engager sur cet objectif en toute connaissance de cause », a affirmé Pierrick Poirier.

Sur le même sujet