Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Girondins : Gérard Lopez remporte le club, redressement judiciaire évité

Stratégie
mardi 22 juin 2021

crédit FCGB

Le dénouement semble proche dans l’épineux dossier de la reprise des Girondins de Bordeaux : le club a annoncé mardi qu’un accord avait été trouvé entre King Street, Fortress et Gérard Lopez, validant le projet porté par l’homme d’affaires.

Le redressement judiciaire, brandi comme un ultimatum pour accélérer la procédure de reprise du club, devrait finalement être évité. Mardi en fin d’après-midi, les Girondins de Bordeaux ont annoncé la conclusion d’un accord entre King Street, l’actuel propriétaire, son bailleur Fortress, et l’un des candidats en lice pour le rachat du club, l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez.

« Les garanties demandées par le Conseil d’administration qui s’est tenu en milieu de journée ont été apportées dans les heures qui ont suivi. Ces derniers éléments ont répondu aux attentes de Rothschild & Co, le conseil financier du Club, et du Mandataire ad hoc évitant ainsi le placement du Club en redressement judiciaire », indique le club dans un communiqué.

Gérard Lopez devrait donc devenir le nouveau propriétaire d’un club capable de se maintenir en Ligue 1 puisque le couperet du redressement judiciaire s’éloigne, le conseil d’administration des Girondins ayant décidé de ne pas se déclarer en cessation de paiement. 

La nature exacte des garanties apportée par Gérard Lopez n’a pour l’instant pas été rendue publique. Cofondateur du fonds d’investissement Mangrove Capital Partners, l’ancien propriétaire du LOSC (club de football de Lille, revendu fin 2020 à un fonds d’investissement) détient déjà deux clubs européens (le Royal Excel Mouscron belge et le Boavista FC portugais).

Soulagement des élus locaux

Sa reprise des Girondins reste toutefois « conditionnée à la finalisation de la documentation contractuelle usuelle, après consultation des instances représentatives du personnel, et à la confirmation par la DNCG » de la viabilité de la structure, ainsi qu’à l’apport de garanties vis-à-vis de Bordeaux Métropole concernant le versement du loyer du stade Matmut Atlantique.

« Bordeaux Métropole rappelle qu’en l’état, elle est liée aux Girondins de Bordeaux par une convention d’occupation et de mise à disposition du stade Bordeaux incluant le paiement d’un loyer annuel. Elle bénéficie également de lettres de garantie validées par le conseil de Bordeaux Métropole de la part des propriétaires actuels qui ne pourront être levées que par substitution avec une garantie équivalente de la part du repreneur, adoptée dans les mêmes formes », rappelle la Métropole dans un communiqué, qui salue par ailleurs « ce pas essentiel pour sauver le club et commencer à se projeter sur le plan sportif ».

Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, accueille lui aussi cette annonce avec soulagement. « Une nouvelle page doit s’ouvrir, conforme aux aspirations fortes de toutes celles et ceux qui attendent que les Girondins retrouvent leur âme, les valeurs sportives populaires et locales sur lesquelles ils ont bâti leur histoire et leur identité. Il reste au repreneur à nous rassurer vite sur le respect de ces impératifs, objet de l’appel lancé le 1er mai et largement partagés par plus de 5000 citoyens et personnalités du monde sportif, économique et politique girondin », affirme-t-il. 

Du côté des supporters, on salue également ce « sauvetage in extremis », en appelant à réaliser le « tant attendu pot de départ de Frédéric Longuépée ».

Sur le même sujet