Placéco Nouvelle-Aquitaine, le média qui fait rayonner l’écosystème

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

AE&T mise sur l'export et l'innovation - Premium

Stratégie
lundi 20 novembre 2023

Le système d'alarme SmartVox est pilotable depuis une application mobile, une innovation dans le domaine de la sécurité industrielle. | Photo : LVG

L'entreprise jurançonnaise, célèbre pour avoir conçu le scintillement de la Tour Eiffel, affiche depuis 2016 une croissance solide. Elle se tourne désormais vers l'exportation et le renforcement de sa propre production comme nouveau relais de croissance.

Le saviez-vous ? Les lampes scintillantes qui, toutes les heures, animent la Tour Eiffel, sont faites en Béarn. Et plus précisément, à Jurançon, dans les ateliers de l’entreprise AE&T. « C’est un projet qui remonte à 2003, se souvient Eric Greven, directeur général de l’entreprise, après la décision de pérenniser les scintillements qui avaient été installés pour l’an 2000 ». Pour résister aux conditions extrêmes auxquels ils seront soumis, en termes de température, de vent, d’exposition à la pluie et aux UV… « seuls des dispositifs industriels pouvaient convenir. Nous avons développé un produit spécial, sur la base de technologies que l’on maîtrisait déjà très bien. L’installation en elle-même a été un immense défi technique, absolument passionnant », conclut-il. Dans les bureaux d’AE&T, un poster représentant le monument illuminé rappelle ce bel exploit industriel. Mais « ce projet nous a amenés à une diversification que l’on a arrêté aujourd’hui », nuance Eric Greven. Aujourd’hui, AE&T ne fait plus de scintillements pour monuments et s’est recentré sur son activité historique… « Mais la Tour Eiffel est toujours notre cliente, et nous continuons de les fournir avec beaucoup de plaisir et de fierté ».

L’activité historique d’AE&T n’est pas si éloignée des illuminations de grande puissance : ce sont les systèmes d’alerte et de signalisation industriels. L’entreprise a été créée en 1976, « dans un garage » à Jurançon. Son fondateur, Robert Joseph, qui travaillait à l’époque chez Legrand, a eu l’opportunité de devenir distributeur en France d’une marque allemande d’avertisseurs lumineux. La suite est l’histoire familière d’une PME familiale à succès : une équipe se constitue peu à peu, un premier déménagement se fait, puis un second, dans les années 1980, amène AE&T dans ses locaux actuels. Depuis, raconte son directeur, l’entreprise a connu « une croissance assez régulière ». Elle passe dans les années 1980 à la seconde génération de la famille Joseph. La troisième génération fera le choix, en 2019, de revendre l’entreprise à E2S, un groupe britannique avec lequel AE&T travaillait depuis 1992.

« Passer de l'artisanal à l'industriel »

Entre-temps, l’entreprise a pris, « il y a une trentaine d’années », un tournant d’importance : à son activité d’achat-revente, elle en ajoute une nouvelle en se lançant elle-même dans la manufacture. « Avant de commencer à être fabricants, on a multiplié les fournisseurs et les clients, raconte Eric Greven. Cela nous a permis de repérer les trous dans la raquette ; et nous avons décidé de les remplir nous-mêmes ». Dans son atelier de Lons, AE&T produit « des produits de niche, plus puissants, plus techniques ». De petites séries de systèmes à forte valeur ajoutée, dotés de fonctionnalités n’existant pas ailleurs. Au fil des années, cette production s’étoffe, jusqu’à représenter aujourd’hui 25% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Ce chiffre a encore vocation à grandir. « Nous voulons passer de l’artisanal à l’industriel », résume Eric Greven.

Dans les années à venir, AE&T prévoit d’investir sur son outil de production et d’embaucher de nouveaux salariés. « Nous allons en particulier mettre plus de moyens sur notre bureau d’études, précise Eric Greven, en mettant l’accent sur les compétences en électronique, mais aussi en informatique, car les produits sont de plus en plus connectés ». Et si aujourd’hui, les produits de l’entreprise sont vendus à 95% en France, la part des exportations est vouée à grandir. « Nous avons des ambitions à l’export, annonce le directeur. Depuis cette année, nous avons d’ailleurs notre premier distributeur à l’étranger, en Allemagne ». Pas d’autre pays européen dans le viseur pour l’instant pour la PME jurançonnaise, qui est déterminée à procéder avec prudence. « Il y a déjà de quoi faire avec la France et l’Allemagne, tempère Eric Greven. On a déjà fait des tentatives à l’export qui ne se sont pas très bien passées. À une époque, nous avions de grosses ambitions que l’on n’a pas su concrétiser, on était dans un schéma de projets one-shot. Aujourd’hui, nous cherchons les bons partenaires pour viser la récurrence et mettre en place des circuits pérennes. Et surtout, nous avons le bon produit pour l’exportation ».

Le bon produit, c’est le dernier bébé de AE&T, le système d’alarme SmartVox. Créé en 2020, entièrement connecté, couronné par le prix de l’innovation au salon ExpoProtection. Un système offrant « beaucoup de souplesse », paramétrable par le client ou bien livré clés en mains, pilotable par une application mobile... « Il reste à le vendre plus largement, on le fait déjà mais on aimerait accélérer la tendance », explique Eric Greven. Au-delà de son cœur de cible traditionnel que sont les sites industriels, le contexte actuel apporte son lot de nouveaux clients : écoles, mairies, hôpitaux, mais aussi campings par exemple. « Entre les attentats et les catastrophes naturelles, considère Isabelle Jodas, responsable marketing, on peut dire que, malheureusement, le contexte est porteur pour nos systèmes d’alarme, qui aident à prévenir les risques de la manière la plus intelligente possible ».

Précurseurs sur les objets connectés

« Les technologies d’alarme ont beaucoup évolué ces dernières années, et on a été assez précurseurs sur ces évolutions », considère Eric Greven. Au premier rang de ces innovations, il désigne les produits connectés. Une révolution, qui permet « moins de câblage, plus de personnalisation, des systèmes évolutifs pour s’adapter à l’évolution des réglementations », mais qu’il a fallu faire accepter aux clients. « L’industrie est un milieu assez conservateur, décrit-il. Une innovation, il faut que ça marche de façon totalement fiable, surtout dans la sécurité ! Amener de la nouveauté, ce n’est pas toujours facile. Mais comme on est sur le marché depuis 45 ans, on est crédibles pour amener des nouvelles technologies ».

Pour rester à la pointe de l'innovation, AE&T se repose principalement sur « l'étude des marchés connexes », et sur une relation étroite avec ses clients. « Des idées magnifiques, on en a plein, mais on préfère aller les soumettre à nos clients avant de nous lancer tête baissée, sourit Eric Greven. Pour notre système SmartVox, par exemple, nous avons clairement beaucoup impliqué un de nos clients dans le processus de développement. Il avait un besoin très précis, et vu que ce besoin correspondait à ce à quoi on réfléchissait… Mais si ce système fonctionne, c’est parce que nous avons notre bureau d’études en interne, nuance le directeur d’AE&T. Quand un client vient nous voir avec une demande, on peut tout de suite voir si on peut aller dans ce sens ».

AE&T
27 salariés
CA 2023 : environ 6,5 millions d’euros, 10% de croissance prévue par rapport à 2022.

traits blocage
Cet article premium vous intéresse ?
Sa lecture est réservée à nos adhérents Béarn. Rejoignez la communauté Placéco pour accéder à ce contenu et profitez de nombreux services exclusifs.
Déja adhérent ? Se connecter

Sur le même sujet