Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Talence soutient ses commerces avec des cartes prépayées

Écosystème
vendredi 16 juillet 2021

3.000 cartes prépayées ont été éditées - Crédits : MB

La Ville de Talence s’est associée à Visa et Natixis Payments pour distribuer des cartes prépayées aux clients des commerces locaux. Objectif : redynamiser l’économie de proximité.

Comment relancer l’économie locale et faire consommer les citoyens dans les commerces de proximité ? A cette question, la ville de Talence a récemment trouvé une partie de la solution : une carte Visa prépayée et personnalisée aux couleurs de la commune, en partenariat avec Visa et Natixis Payments. Une première nationale baptisée « carte commerce Talence ». Du 19 mai au 3 juillet, 2.000 cartes de 10 euros ont été distribuées aux clients d’une centaine de commerces participants, avec la particularité de pouvoir être utilisées uniquement chez ces derniers.

« Cela représente 20.000 euros de chiffre d’affaires brut supplémentaire pour les commerces, se réjouit le maire de Talence Emmanuel Sallaberry. C’est un vrai effet levier que nous avons activé, et une façon de montrer aux clients qu’on peut tout acheter localement. »

Pérenniser ces cartes ?

L’idée est venue à l’équipe municipale lors du premier confinement. Au terme de discussions, Visa et Natixis Payments ont fourni les cartes et la mise en place de l’offre. La Ville et l’association de commerçants partenaire ont ensuite pris en charge la somme contenue sur chaque carte, soit 15.000 euros chacune. « C’est une sorte de laboratoire et nous avons de très bons retours, reprend l’édile. Deux tiers des 3.000 cartes éditées ont été distribuées, et nous prolongeons l’opération le temps que le stock soit écoulé. » Un moyen pour s’assurer que l’argent reste sur le territoire, et revienne aux acteurs économiques de la commune.

« Maintenant, pourquoi pas essayer de créer un système pérenne, réfléchit Emmanuel Sallaberry. Dès la rentrée nous reviendrons vers les commerçants pour échanger avec eux, voir si l’association veut conserver ces cartes. » Les professionnels prendraient cette fois les frais à leur charge, et les clients pourraient éventuellement recharger leur carte – ils seraient alors crédités de quelques euros supplémentaires. « Il faudrait pour cela instaurer un dialogue tripartite, reprend Emmanuel Sallaberry. Entre les commerçants qui doivent en avoir envie, Visa et Natixis Payments qui sont les opérateurs, et la Ville qui tient le rôle de catalyseur d’idées. » Mais l’incertitude qui plane sur les conditions sanitaires de la rentrée pousse la municipalité à « attendre d’y voir plus clair ». « Les bons résultats des commerçants ne sont pas non plus uniquement dus à la carte, tempère l’édile. Ce n’est pas l’alpha et l’oméga, cependant la facilité d’utilisation du système a séduit les usagers. Et si la carte doit être pérennisée, nous conserverons cette simplicité. »

Sur le même sujet