Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Avec Agrodrone, Reflet du Monde veut faire décoller le drone agricole

Demain
mardi 19 avril 2022

Dans l'atelier attenant à sa boutique de Saint-Aubin, Reflet du Monde conçoit et développe ses propres appareils - crédit AL

Installée à Saint-Aubin-de-Médoc, Reflet du Monde développe un portefeuille d’activités autour du drone qui va de la formation à la prestation de prises de vue aérienne et au négoce en passant par la conception. Un socle de métiers complémentaires à partir duquel la société souhaite maintenant faire décoller Agrodrone, sa verticale dédiée aux drones agricoles.

En 2004, Patrice Rosier faisait voler des hélicoptères radiocommandés qu’il avait eu l’idée d’équiper d’une caméra et d’appareils de mesure pour réaliser des prises de vue aériennes. Un projet d’étudiant, qui lui avait valu la médaille d’or du concours Lépine. 18 ans plus tard, associé à Lilian Marolleau à la tête de Reflet du Monde, il se prépare à réaliser une levée de fonds pour leur dernier projet, Agrodrone, grâce auquel les deux entrepreneurs ambitionnent de démocratiser l’usage du drone dans le monde agricole.

Les premiers pas de Reflet du Monde dans ce domaine bien spécifique remontent à 2015. À l’époque, la société est sollicitée par Ovalie, la filiale innovation des groupes coopératifs Maïsadour et Vivadour, pour étudier la possibilité de semer des graines à l’aide d’un drone. En réponse, Reflet du Monde développe un drone « lourd » capable de transporter et de lâcher avec précision jusqu’à 10 kg de semences sur un terrain agricole. « Le drone permet dans ce contexte de semer au meilleur moment une culture intermédiaire ou un couvert végétal sur une parcelle de maïs qui n’a pas encore été récoltée », explique Patrice Rosier. D’abord envisagé comme un simple proof of concept, ce drone devient un produit à part entière pour Reflet du Monde, qui en fait un « tracteur multi-outillage », le RDM AG, capable de réaliser des pulvérisations ou des lâchers de trichogrammes avec précision depuis le ciel.

L’appareil est disponible à la vente, mais du fait de son tarif élevé et de la technicité des missions associées, la société envisage principalement sa commercialisation sous forme de prestation ou de location. « Après validation de la phase de R&D, nous commençons bientôt une mission de trois ans pour Invenio – la station d'expérimentation de la filière fruits et légumes régionale – autour du largage d’anneaux de phéromones sur des arbres fruitiers », illustre Patrice Rosier. Le modèle retenu impose toutefois un important besoin en fonds de roulement, raison pour laquelle Reflet du Monde s’est mise en quête de fonds, de l’ordre d’un million d’euros, qui serviront à financer la fabrication de nouveaux appareils, la poursuite des efforts de R&D et l’offensive commerciale associée.

« Un projet dans le projet »

Cette levée de fonds marque aussi un changement de philosophie pour Reflet du Monde qui, depuis sa création, « avec 7.000 euros de capital », a grandi principalement de façon organique, jusqu’à représenter une dizaine de collaborateurs et 760.000 euros de chiffre d’affaires. « On a toujours eu une mentalité de bootstrapper, habitués à faire beaucoup avec des bouts de ficelle, mais avec Agrodrone, on a envie de passer sur un mode de développement de startup plus conventionnel. Plus on étudie le sujet et plus on découvre de débouchés dans le domaine agroéconomique, on a donc besoin d’aller vite », indique Patrice Rosier. La récente rencontre avec Netcarbon, jeune pousse qui développe une plateforme dédiée à la mesure et à la valorisation du CO2 séquestré par les agriculteurs, en est une illustration. « Avec un drone, il suffit par exemple de cinq minutes pour ensemencer une parcelle d’1 hectare et donc y séquestrer du carbone, ajoute-t-il. Le sujet du couvert végétal pour les nouveaux biocarburants offre également de belles perspectives ».

Agrodrone devient ainsi « un projet dans le projet » pour Reflet du Monde, qui continue en parallèle d’avancer sur ses quatre activités historiques que sont l’imagerie aérienne, la formation de télépilotes, le bureau d’études et la vente de matériel – en ligne ou via la boutique de Saint-Aubin. « À une certaine époque, on nous a dissuadé d’avancer sur les quatre métiers en parallèle, en nous reprochant de nous disperser. Nous on pense au contraire que c’est le cœur du réacteur, les quatre pieds de la table, ce qui garantit notre robustesse économique et le fait que nous avons vocation à durer », estime Patrice Rosier.

Reflet du Monde - Agrodrone
Activité lancée en 2006, société créée en 2014
4 Bis Allée d'Euromédoc
33160 Saint-Aubin-de-Médoc
05 35 54 59 85

Sur le même sujet