Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Comment l'ADI veut booster les synergies régionales avec Néobusiness

Écosystème
jeudi 04 novembre 2021

Néobusiness, une plateforme portée par l’ADI Nouvelle-Aquitaine, propose aux entreprises de la région de s’inscrire en ligne, pour se mettre en relation avec de potentiels acheteurs ou fournisseurs. Durant trois jours, les 8, 9 et 10 novembre, plusieurs « émissions » seront également accessibles en ligne, sur plusieurs thématiques environnementales.

Lancée en juillet dernier, la plateforme Néobusiness, en référence directe à la feuille de route régionale Néo Terra, propose trois jours de rencontres et de tables rondes dématérialisées, les 8, 9 et 10 novembre. Le projet est porté conjointement par l’ADI Nouvelle-Aquitaine (agence de développement et d’innovation), par la Région, le club des ETI de Nouvelle-Aquitaine et le Conseil national des achats. « Notre volonté première, c’est de proposer aux entreprises régionales un espace d’échanges et de mise en relation, explique Antoine Chotard, responsable marketing et développement à l’ADI. Pouvoir les mettre en relation avec des donneurs d’ordre ou des acheteurs. »

Concrètement, Néobusiness est à mi-chemin entre un organisateur de webinaires thématiques, un accompagnement au développement et une cartographie de réseau, où les entreprises peuvent se rencontrer. Durant trois jours, sur inscription gratuite, les entreprises néoaquitaines pourront organiser des rendez-vous entre elles. Chacune, via sa fiche de présentation, peut expliquer son cœur de métier, ses centres d’intérêt, son offre et ses besoins. Plus de 800 participants individuels sont d’ores et déjà inscrits, ainsi que des acteurs institutionnels et 550 entreprises. « Certaines sont dans une posture d’offreurs et d’apporteurs de solutions, d’autres ont des profils de donneurs d’ordre ou d’acheteurs, reprend Antoine Chotard. Il y a quelques startups, mais près de la moitié des inscrits viennent du monde des PME. » Sur la plateforme, tout est mis en œuvre pour que les acteurs économiques se rencontrent, même ceux n’ayant en apparence pas de complémentarité. Il est d’ailleurs possible de réaliser des appels ou des visio via Néobusiness.

Créer des synergies

En parallèle de ces rencontres dématérialisées, trois « émissions » seront diffusées. « Décarbonons nos entreprises » ; « achetons responsable » ; et « conjuguons sens et compétences ». Les invités, sur chaque thématique, seront divers. Tel que Jean-Paul Cales, président-fondateur de Cap Ingelec, Hugues Defreville, fondateur de Newheat, ou encore Williams Marquet, directeur délégué de Gascogne. L’idée ? Avoir un panel d’entreprises qui reflètent les cibles que Néobusiness cherche à toucher. Mais aussi, ouvrir des perspectives. « Nous voulons montrer aux entreprises participantes, qui ne sont pas dans les domaines d’activité abordés, quelles sont les opportunités à intégrer ces marchés, martèle Antoine Chotard. Par exemple, en septembre, nous avions organisé un événement avec le cluster énergie et stockage, et nous avions invité Valorem ou Serma Technologies. Le but était de pointer les possibilités de diversification grâce au marché des énergies renouvelables. »

Mais l’ADI n’en oublie pas la feuille de route sur l’environnement portée par la Région Nouvelle-Aquitaine. Quelle que soit la thématique choisie – car les trois jours d’échange qui ont lieu la semaine prochaine seront réitérés au moins une fois par trimestre -, l’accent sera mis sur Neo Terra. Pour « questionner l’économie au regard de la feuille de route, et aider au décloisonnement », précise le responsable marketing. Des intervenants présenteront également les dispositifs existants portés par la Région ou l’Ademe, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

Récompenser les échanges régionaux

Mardi 9 novembre, de 17 heures à 9 heures à l’Hôtel de Région de Bordeaux, une remise de prix aura lieu. Le « Cristal des achats », fruit d’un partenariat avec le Conseil national des achats (CNA), valorisera une bonne pratique entre une direction achat d’une entreprise et ses fournisseurs. « Le CNA avait organisé en 2019, un salon inversé, où les acheteurs exposaient et où les fournisseurs venaient à leur rencontre, se remémore Antoine Chotard. Là, l’idée est de se rapprocher de cet enjeu, de proposer quelque chose à double sens. » Cette année, le prix remis sera naturellement dédié au développement régional.

Plus largement, pour maximiser les échanges entre les entreprises et faire vivre l’écosystème régional en dehors d’événements épisodiques, la plateforme restera ouverte durant un an. « On le constate avec la période actuelle, il y a un vrai enjeu d’évolution de nos métiers, reprend Antoine Chotard. Nous avons besoin des rencontres physiques, mais une partie du processus peut se faire par le numérique. » D’ici 12 mois, l’ADI tirera un bilan des échanges noués via Néobusiness, pour savoir si la plateforme a tenu ses promesses.

Plus d'informations

Sur le même sujet