Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Au salon Vivatech, les entreprises girondines exposent leurs innovations

Écosystème
mercredi 15 juin 2022

L'entreprise Midipile, incubée à Darwin, profite de sa présence à Vivatech pour lancer les précommandes de son véhicule hybride. Crédits : MB

Dès ce mercredi 15 juin et jusqu’au samedi 18 juin, le salon Vivatech se déroule à Paris, Porte de Versailles. L’occasion pour les startups girondines, notamment de la délégation Nouvelle-Aquitaine, d’exposer leurs solutions… Mais aussi leurs besoins, entre recherche de clients et d’investisseurs.

L’affluence est au rendez-vous, ce mercredi 15 juin, pour le lancement de Vivatech. Après une édition 2021 nuancée par la situation sanitaire, les visiteurs ont de nouveau sillonné les allées du plus grand salon tech d’Europe. Par-ci, un robot autonome pour informer les visiteurs, par-là, un drone dernière génération. Entre deux géants tels que Huawei ou LVMH, la Nouvelle-Aquitaine était également présente. Et sur 130 candidatures d’entreprises régionales reçues, elle en a retenu 28 pour faire partie de sa délégation – la moitié ce mercredi et ce jeudi, l’autre vendredi et samedi. Industrie 4.0, intelligence artificielle, bien-être ou santé, « nous avons essayé d’avoir un panorama des différentes dynamiques que l’on retrouve dans les startups de nos territoires », résume Hilaire Fosse, directeur innovation, filière et attractivité au Conseil régional. Surtout, souligne-t-il, « 80% d’entre elles ne sont jamais venus, quand d’habitude nous tournions autour de 50 à 60% ».

Ce renouvellement des participants est un vrai challenge, selon notre interlocuteur, car outre la disponibilité ou la capacité financière - même si la Région prend en charge la location des stands -, « il faut que les entreprises aient quelque chose à montrer aux investisseurs, qu’elles aient un certain stade de maturité ». C’est par exemple le cas de Midipile, jeune pousse basée à Angoulême mais incubée au Campement, à Darwin, et qui développe un véhicule électrique, à pédales, conçu pour faciliter la logistique du dernier kilomètre. Ce mercredi, l’entreprise profite de sa présence sur le salon pour ouvrir les précommandes de sa solution. « Pour nous, Vivatech est un vrai moyen de communiquer, résume Benoît Trouvé, cofondateur de Midipile. Ce ne sont peut-être pas les gens que nous rencontrons qui passerons commande, mais il y aura un effet de bord. »

Montrer son soutien aux startups régionales

Pour la Région Nouvelle-Aquitaine, cet événement est aussi un moyen de communication sur son soutien financier aux jeunes pousses. Quatre jours représentent un investissement de 200.000 euros environ – quand le CES de Las Vegas en nécessite près de 300.000 -, pour un soutien annuel aux startups de 10 millions d’euros. « Nous accompagnons une centaine d’entre elles par an, reprend Hilaire Fosse. L’enjeu pour les années à venir, c’est de mettre ces innovations régionales au service de la feuille de route Néo Terra ou du SRDEII, le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation [NDLR, qui sera voté lundi 20 juin prochain]. Nous voulons faire en sorte que les startups soient au cœur de nos stratégies, pour nous aider dans les différentes transitions qu’elles soient environnementales, sociales ou sociétales. »

C’est le cas de GR Bim, société girondine basée à Saint-Médard-en-Jalles et spécialisée dans le Building information modeling (BIM). Cette solution permet de modéliser numériquement un futur bâtiment, de manière, collective, entre tous les acteurs de la construction. « Le BIM permet de mieux piloter le planning, les coûts en amont de la construction mais aussi la maintenance par la suite, présente Émilienne Poutot, cofondatrice de GR Bim. On pense que l’on peut réaliser des économies de 20 à 30% selon les bâtiments, les typologies de projet. » Pour sa seconde participation à Vivatech, l’entreprise est à la recherche d’investisseurs et souhaite lever 500.000 euros d’ici à la fin de l’année (article complet à retrouver ce jeudi sur Placéco). « Je pense qu’il faut venir sur cet événement lorsqu’on connaît très bien son écosystème, les acteurs de son marché, réfléchit Émilienne Poutot. Ce n’était pas le cas lors de notre première participation en 2019, et on voit bien qu’en trois heures de Vivatech, ce mercredi, ce n’est pas les mêmes contacts. »

Au-delà du stand néoaquitain, d’autres entreprises girondines ont également posé leurs valises à la Porte de Versailles. Comme Ouidrop, solution de click&collect robotisée et présente sur le stand de La Poste, ou l’entreprise qui conçoit des dirigeables innovants, Flying Whales. Ce jeudi, Bordeaux Métropole et French Tech Bordeaux seront également présentes, accompagnées de jeunes pousses dont le point commun est la recherche de financeurs.

Sur le même sujet