Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Un nouveau président à la tête de Kedge Business School

Écosystème
mercredi 19 janvier 2022

Jean-Daniel Beurnier, fondateur et dirigeant d’Avenir Télécom, a été élu mercredi à la présidence du conseil d’administration de l’école de management Kedge Business School. Elu pour un mandat de cinq ans, il succède à Agnès Grangé.

Après une présidence bordelaise, place à un élu marseillais. Réuni mercredi en assemblée générale, le conseil d’administration de l’école de management Kedge Business School a élu à sa tête Jean-Daniel Beurnier, président fondateur du groupe Avenir Télécom et par ailleurs membre de la CCI Aix-Marseille-Provence depuis 2008.

« Je suis très heureux et honoré d’accompagner les ambitions de Kedge dans le cadre de son plan stratégique Kedge 25. En tant que passionné de l’entreprenariat et convaincu de la puissance de l’apprentissage par l’expérience, j’aurai à cœur de valoriser l’expertise indéniable de l’école, de soutenir son développement international et de l’accompagner dans sa transformation pour répondre aux usages numériques d’aujourd’hui et de demain, tout en consolidant ses ancrages territoriaux », déclare le nouveau président. Il succède à Agnès Grangé (groupe La Poste), qui avait repris la présidence de Kedge en 2018 après la démission de Stanislas de Bentzmann.

Kedge Business School, née en 2013 de la fusion des écoles de management de Bordeaux (BEM) et Marseille-Provence (Euromed Management), est une école de management présente sur 4 campus en France (Paris, Bordeaux, Marseille et Toulon), 4 à l’international (2 en Chine à Shanghai et Suzhou, et 2 en Afrique à Dakar et Abidjan) et 3 campus associés (Avignon, Bastia et Bayonne). L’école, qui accueille 14.800 étudiants par an et dont le siège se situe à Talence, est dirigée depuis juin 2020 par Alexandre de Navailles. En 2021, elle avait dévoilé les grandes lignes de son plan stratégique 2025 visant à atteindre un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros. Il prévoyait notamment 45 millions d’euros d’investissements dans ses différents campus et dans ses outils numériques.

Sur le même sujet