Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

WineProtect boucle une série d’amorçage pour sa cloche antigel

Stratégie
mercredi 07 décembre 2022

La cloche standard, commercialisée dès la fin de l'année, permet de protéger les pieds de vigne jusqu'à une température de -6 degrés. Crédits : WineProtect

La startup WineProtect, qui développe depuis 2019 une solution antigel à destination des viticulteurs, lève 130.000 euros pour démarrer la phase d’industrialisation. Et espère, d’ici mars 2023, couvrir une dizaine d’hectares.

Quatre ans après son lancement, la startup WineProtect boucle une levée d’amorçage de 130.000 euros pour industrialiser sa solution antigel pour les vignobles. « Au départ nous étions partis sur une lampe à placer au pied des vignes, mais nous avions une déperdition de chaleur énorme, explique à Placéco Déborah Ducamp, fondatrice de WineProtect. Aujourd’hui, il s’agit d’une cloche que l’on place au-dessus de chaque pied. » Une première version standard a été développée, sans système de chauffage, grâce à des matériaux entièrement recyclés et recyclables, « made in France ». Cette solution permet de protéger du givre, et est efficace jusqu’à une température de -6 degrés.

Pour cette première série, WineProtect travaille avec Oudoul 64, spécialiste palois de la transformation des matières plastiques. « Nous lançons la commercialisation dès cette fin d’année, pour équiper les parcelles dès mars 2023, reprend Déborah Ducamp. Nous aimerions couvrir une dizaine d’hectares pour commencer. » Il s’agira là d’une preuve de concept, « même si WineProtect a la preuve de la fiabilité » de son produit ; avant d’étendre sa solution sur plusieurs hectares avec, de préférence, des topographies différentes.

Ensuite, dès 2024, une seconde version « premium » sera commercialisée. Dotée d’un panneau solaire individuel, se déclenchant automatiquement grâce à une sonde de température, la cloche permettra de protéger les ceps de vigne jusqu’à -9 degrés. Et si, à l’origine, la technologie ne comptait que quatre heures d’autonomie, elle peut désormais tenir une nuit entière, se recharger en journée et tenir le rythme durant presque une semaine. « Nous avons déjà des demandes à l’international – aux Etats-Unis, en Australie mais aussi en Amérique du Sud. Un déploiement dans ces pays nous permettrait d’assurer une continuité d'activité, car chez nous la période de gel est en début d’année, quand chez eux c’est en octobre », explique Déborah Ducamp.

WineProtect
Basée à Bordeaux

Sur le même sujet