Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Le fonds d’investissements bordelais Impact Source entend faire sa place en Europe

Engagement
mercredi 25 janvier 2023

Guillaume-Olivier Doré, entrepreneur bordelais et président du fonds Impact Source. Crédits : Guillaume-Olivier Doré

Lancé par les groupes SOS et Magellim, et présidé par le bordelais Guillaume-Olivier Doré, Impact Source est un fonds d’investissement qui a pour vocation de financer les fonds à impact, et d’éviter « l’impact washing ». En phase de collecte, il veut réunir 300 millions d’euros d’ici 2024, et compter une vingtaine de projets sous trois ans.

Un fonds d’investissement pour irriguer les fonds à impact, qui entend rayonner à l’échelle européenne. Telle est l’ambition d’Impact Source, projet bordelais lancé par le Groupe SOS et le groupe Magellim. « Nous sommes en quelques sortes des grossistes. Nous allons sélectionner les meilleurs fonds, les meilleurs investisseurs, et faire en sorte qu’ils respectent la stratégie qu’on leur impose », explique à Placéco Guillaume-Olivier Doré, président d’Impact Source et entrepreneur bordelais (Elwin, Keyop Média, Finaqui, French Tech Bordeaux). L’enjeu de ce fonds d’investissement est de lutter contre « l’impact washing ». « Depuis quatre ou cinq ans, c’est un peu la jungle dans le milieu car il n’y a pas de référentiel sectoriel aujourd’hui. Chacun y va de son propre référentiel, et je pense que le monde du capital-investissement est dans une phase de mutation forte », analyse Guillaume-Olivier Doré.

Pour se différencier, Impact Source a développé durant six mois ses propres critères. Une centaine de questions tenues confidentielles, qui intègrent la notion d’intentionnalité, et la capacité des équipes de gestion « à mesurer leurs impacts » sur trois thématiques : climat et environnement, santé et seniors, inclusion sociale et éducation. « On va proposer aux acteurs institutionnels une lecture transparente, garantissant qu’il y ait bien un impact positif dans les projets financés, complète notre interlocuteur. Nous serons un fonds ingérant, très proche des équipes de gestion que l’on accompagne de manière à nous assurer que la grille d’impact soit bien respectée. » Impact Source est classifié SFDR9 (Sustainable finance disclosure regulation), plus haut niveau de la réglementation européenne.

20 à 25 investissements d'ici trois ans

Le Groupe associatif SOS, qui compte 650 établissements et services dans 40 pays, a aidé les équipes d’Impact Source dans la construction de ce référentiel. Avec 22.000 salariés et un chiffre d’affaires d’1,5 milliard d’euros, « il intervient dans tous les secteurs de l’impact, et était très pionnier dans l’investissement », déroule Guillaume-Olivier Doré. Depuis 2015, via SOS Participation, le groupe prend des participations minoritaires « afin de soutenir et de favoriser le développement de sociétés innovantes à fort impact social ». Seconde pierre angulaire de la structure bordelaise, le groupe Magellim, venu apporter l’aspect réglementaire. Fondé en 2018, il compte plus de 3 milliards d’actifs sous gestion. Impact Source s’adosse ainsi réglementairement à A Plus Finance, société de gestion en private equity détenue majoritairement par Magellim.

Après son officialisation, Impact Source entre désormais en phase de collecte. Objectif : réunir 300 millions d’euros d’ici juin 2024, avec un premier closing en septembre prochain (100M€). « On commencera à investir dès le second semestre 2023, reprend Guillaume-Olivier Doré. En parallèle de la collecte, on commence à étudier très sérieusement une dizaine d’opportunités, car l’idée est d’aller investir relativement rapidement. Pour atteindre 20 à 25 investissements d’ici trois ans. » Si le siège du fonds est implanté à Paris, les équipes (5 personnes), sont, elles, à Bordeaux. Une stratégie symbolique, qui marque la volonté d’Impact Source de participer au financement de PME « qui ne sont pas à Paris, mais dans les territoires ». « Et puis, conclut Guillaume-Olivier Doré, j’aime bien ce clin d’œil, de faire de Bordeaux la plaque tournante du fonds d’investissement. Ça change de Paris ! »

Sur le même sujet