Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Emploi cadre en Nouvelle-Aquitaine : « un rééquilibrage des forces » selon l'Apec

Emploi
lundi 07 novembre 2022

Au troisième trimestre, le volume d'offres diffusé via l'Apec est en hausse de 32% par rapport à 2019. Photo d'illustration : Adobe Stock Freedomz

Décryptage. Si la dynamique des recrutements de cadres se maintient au troisième trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine comme ailleurs, les difficultés se font sentir. Selon l’Apec, presque un recrutement sur deux est jugé difficile par les entreprises de la région. Une tendance qui s’explique par une volatilité des candidats, et un rééquilibrage des forces.

« Le marché de l’emploi cadre est resté bien orienté en Nouvelle-Aquitaine, au troisième trimestre 2022. » Un constat dressé par l’Apec (association pour l’emploi des cadres), qui a interrogé 8.500 entreprises à l’échelle nationale, dont près de 900 dans la région. La dynamique reste forte en cette fin d’année, « même s’il y a une épée de Damoclès qui pèse, et que la situation internationale, la spirale inflationniste ou les difficultés d’approvisionnement notamment en énergie, peuvent être des facteurs importants », estime Danielle Sancier, déléguée régionale.

En Nouvelle-Aquitaine, le volume d’offres diffusé via l’Apec est ainsi en hausse de 32% au troisième trimestre 2022 (8.795 offres), par rapport au troisième trimestre 2019 (6.682 offres), « année phare en matière de recrutement ». « Cela s’explique par la croissance des entreprises qui amène des recrutements, mais il y a aussi un facteur structurel, analyse Danielle Sancier. On constate une évolution des compétences qui entraîne des besoins de recrutement, notamment sur les métiers liés à la R&D, à l’informatique, à la production industrielle et de chantier, et aux métiers liés à la finance – audit, comptabilité, contrôle de gestion. »

Un recrutement sur deux jugé difficile

Cette bonne dynamique devrait se maintenir pour 2023, même si la déléguée régionale reste prudente : les tensions sur le recrutement pourraient venir entacher les velléités des entreprises. « Les difficultés sont protéiformes et n’épargnent aucun territoire », note notre interlocutrice. L’Apec souligne que pour les entreprises de la région, 47% des recrutements à venir sont anticipés comme difficiles. « Il y a trois sources de difficultés, développe Danielle Sancier. Le faible nombre de candidatures par poste, l’inadéquation des candidatures face aux profils recherchés, et la concurrence entre recruteurs, notamment pour les profils les plus techniques. »

Pour autant, la Nouvelle-Aquitaine ne semble pas « la plus mal lotie » : à l’échelle nationale, 51% des recrutements étaient anticipés comme difficiles. Cette part s’élève à 48% en Île-de-France, à 58% en Bretagne, ou à 62% en Occitanie (notamment car l’aéronautique, très présent dans la région, connaît une forte reprise).

Travailler sur sa marque employeur

À fin septembre, le baromètre national de l’Apec soulignait que le nombre d'entreprises envisageant de recruter au moins un cadre dans les trois prochains mois, « étaient encore à un niveau très soutenable ». 62% des recruteurs sont des ETI ou des grands groupes, 19% des PME, et 6% des TPE. Mais entre l’intention et la finalisation du recrutement, il y a un gap. Pour Danielle Sancier, on assiste même aujourd’hui à un rééquilibrage – voire une inversion – des forces. « Plusieurs facteurs se conjuguent, côté candidats. La faible attractivité de certains territoires, plus excentrés ; la propension à aller plus spontanément vers de grandes entreprises car les possibilités d’évolution y semblent, dans un premier temps, plus faciles ; le déficit d’image de certaines sociétés ; et les exigences en matière de qualité de vie au travail et de salaire. » Aujourd’hui, les candidats sont plus volatiles, et « les processus de recrutement méritent d’être revus », notamment le temps que peut prendre le processus de décision.

« Les entreprises sont informées de tout cela, oui, ajoute Danielle Sancier. Mais ce n’est pas parce qu’on le sait qu’il est facile de le changer. Il faut avoir les moyens de rémunérer certaines compétences essentielles au développement de l’entreprise, notamment dans les TPE pour qui il n’est pas toujours évident de s’aligner sur le marché. » Si les TPE ne se font pas forcément débaucher leurs talents, la déléguée régionale précise que les cadres restent très en veille du marché. Et qu’il n’est pas rare, quelques mois seulement après une embauche, de voir un profil partir pour une proposition plus alléchante. « Du côté des entreprises, il faut les convaincre d’assouplir leurs critères pour aller chercher des candidats qui n’étaient peut-être pas le profil idéal – lorsqu’il ne s’agit pas de postes trop techniques. Mais il faut aussi les faire travailler sur leur marque employeur et – tout aussi important, voire plus – sur leur promesse employeur, note notre interlocutrice. Ce sont des sujets sur lesquels les TPE, les PME et les PMI doivent travailler. »

Focus sur les territoires de Nouvelle-Aquitaine
En Nouvelle-Aquitaine, les trois fonctions cadres pour lesquelles les entreprises anticipent le plus de difficultés de recrutement sont la R&D (70%), l’informatique (56%) et la production industrielle et de chantiers (54%).
Attestant du « rééquilibrage des forces », les trois fonctions dans lesquelles les cadres s’attendent à trouver facilement un poste dans la région sont l’informatique (69%), la production industrielle et de chantiers (58%) et la finance (55%).
« Certains territoires de la région sont plus industriels que d’autres. Dans le nord comme dans le sud, où l'on trouve plus d’entreprises industrielles, de sous-traitants, la pénurie de cadres est plus importante sur les métiers de la production. Dans les métropoles, les tensions se portent sur la R&D, l’informatique. La zone d’emploi de Bordeaux est très demandeuse de compétences liées à la modélisation, aux jeux vidéo par exemple », commente Daniel Sancier.

Sur le même sujet