Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

MyKlinica veut faciliter la flexibilité dans les cabinets de santé

Demain
jeudi 06 janvier 2022

En 2022, Maud Clérice envisage une levée de fonds. Crédits : MyKlinica

La startup MyKlinica a lancé sa plateforme en novembre dernier. Objectif : mettre en relation détenteurs d’immobilier aménagé ou aménageable, et professionnels de santé et de bien-être à la recherche de locaux. Explications.

Permettre à des professionnels de santé et de bien-être d’être plus flexibles dans leurs déplacements et avec leur cabinet, tel est le défi de MyKlinica. Lancée en novembre dernier par Maud Clérice, la startup tient le rôle d’apporteur d’affaires entre des détenteurs d’immobilier aménagés ou aménageables, qu’ils soient privés ou publics, et des professionnels en recherche de locaux – n’ayant pas les moyens de s’installer dans un espace à temps complet. « Je suis une ancienne patiente et lorsque mes problèmes de santé se sont terminés, je me suis dit que si ça devait arriver à ma mère, qui vit comme sept millions de Français dans un désert médical, elle n’aurait pas les mêmes chances que moi, explique Maud Clérice. Il faut des soins de support, de confort lorsqu’on sort de l’hôpital, par exemple. Souvent les gens dans ces zones géographiques doivent faire une heure de route pour avoir accès à un rendez-vous dont le délai est déjà de trois semaines. »

Surtout, la fondatrice de MyKlinica entend répondre à une autre problématique – qu’ont les professionnels cette fois : lorsqu’on se lance ou qu’on veut se développer, la première solution pour trouver un espace de travail est souvent d’aller sur Facebook, éplucher les groupes dédiés. Autre option, chercher sur Leboncoin, « entre des annonces de chatons, de barres de toit ou de la voiture de belle-maman », ironise Maud Clérice. Bien qu’elle soit encore en preuve de concept, la plateforme veut ainsi centraliser les offres du marché pour permettre par exemple à des collectivités de mettre à disposition leurs espaces vacants ou sous-utilisés. « Mais je m’adresse à l’ensemble des professionnels de santé, reprend l’entrepreneuse. À la campagne, il y a besoin de maisons pluridisciplinaires par exemple, mais je ne pense pas qu’il faille obliger des professionnels de santé à s’installer dans des zones qu’ils n’ont pas choisies. La flexibilité de MyKlinica pourra leur permettre de couvrir ces zones quelques jours dans la semaine, tout en augmentant leur patientèle, sans y vivre. Et en ville, il faut rentabiliser son cabinet pour payer son loyer, là aussi nous sommes une alternative. »

Une levée de fonds en 2022 ?

À peine deux mois après sa commercialisation, la startup est en cours de démarchage pour attirer les annonceurs. Maud Clérice va à la rencontre d’élus néoaquitains pour voir comment il est possible de déployer sa solution, et rien qu’hier, a enregistré une dizaine de nouvelles offres – autant d’acteurs publics que privés. Une soixantaine d’offres sont ainsi disponibles en ligne, et MyKlinica travaille à mettre en relation les apporteurs et utilisateurs pour tester son modèle. « J’ai la volonté de nouer des partenariats avec les écoles, les centres de formation pour nous faire connaître auprès des jeunes », explique la fondatrice. Mais, avoue-t-elle, « Rome ne s’est pas faite en un jour ». Pour le moment l’accès à la plateforme est entièrement gratuit, même si à terme, la jeune pousse prélèvera « très probablement » une commission sur chaque transaction. « Ça ne sera que lorsqu’on mettra en place une solution de paiement, d’assurance, de rédaction des baux. J’ai la volonté de rester à la gratuité le temps de faire nos preuves, d’asseoir notre fonctionnement. »

L’objectif de Maud Clérice en 2022 est surtout d’aller décrocher des subventions et pourquoi pas une levée de fonds. Pour améliorer l’outil proposé, et recruter des profils de développement commercial et marketing. « Je pense que la levée de fonds sera obligatoire, je vais sans doute commencer à y travailler au premier semestre. » Ses ambitions, elles, sont affichées : rassembler 14.000 utilisateurs cette année, soit 1% des 1,4 million de professionnels de santé en France.

MyKlinica
Basée à Bordeaux
1 salarié
CA : n. c. 
06 68 57 28 12

Sur le même sujet