Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Immobilier : Kokoon cherche de nouveaux clients B2B à Bordeaux

Stratégie
mardi 25 mai 2021

L'entreprise est spécialisée dans la recherche de logements - Crédits : Kokoon

Kokoon est une entreprise spécialisée dans la recherche de biens en location pour particuliers et professionnels. Arrivée à Bordeaux l’été dernier, elle espère développer son activité dans le Port de la Lune pour tripler son CA à l’échelle nationale.

Depuis l’été 2020, la startup parisienne Kokoon est venue installer une partie de ses valises à Bordeaux. Initialement tournée vers du B2B, la société qui propose un service de chasse immobilière pour les biens en location s’est repositionnée il y a un an. « Avant le début de la pandémie nous accompagnions des entreprises et surtout leurs collaborateurs dans leur recherche de logements, explique Alexandre Robert, cofondateur de Kokoon. Pour les aider dans leur mobilité professionnelle mais aussi pour développer la marque employeur des entreprises, fidéliser leurs talents. »

L’entreprise se lance sur fonds propres, compte sept salariés et réalise près de 400 missions sur Paris. Mais en mars 2020 lors du premier confinement, Kokoon perd 90% de son chiffre d’affaires. « Forcément les entreprises n’avaient plus la tête à ça, les RH n’avaient plus de budget… Nous avons alors entamé une réflexion sur ce qu’on devait faire », se remémore Alexandre Robert. Durant près de trois mois l’activité de la startup s’arrête complètement.

Passer du B2B au B2C

Durant cette période les équipes de Kokoon se rendent compte que si chaque demande de location est différente, quatre grandes typologies de clients se détachent : ceux qui vont accueillir un enfant, ceux qui se séparent, ce qui sont en mobilité professionnelle et enfin les freelances. Finalement en juin 2020 l’entreprise se repositionne et 95% de son activité devient alors du B2C. « Rien que sur l’été 2020 nous avons doublé notre chiffre d’affaires, reprend le cofondateur. Nous avons donc décidé d’ouvrir dans la foulée quatre villes : Lyons, Nantes, Aixe-Marseille et forcément, Bordeaux. »

Quatre villes fortement concernées par la problématique du logement, quel que soit l’âge de la personne. « C’est d’ailleurs pour ça qu’on a créé Kokoon. Mon cofondateur, Lénaïc Boucher, a 20 ans de plus que moi. Chacun de nous a expérimenté à différents moments de sa vie les difficultés pour trouver un appartement ou une maison, moi le premier à Bordeaux pour mes études. Alors on s’est dit : pourquoi ne pas proposer aux personnes de s’en décharger intégralement ? »

Objectif : 2.000 missions en 2021

Aujourd’hui Kokoon compte 22 salariés et 180 « kokooners » : des personnes avec lesquelles la startup collabore dans les différentes villes qu’elle occupe. Ce sont ces freelances qui sont chargés d’entrer en contact avec le client de la startup, puis de lui proposer des biens susceptibles de lui plaire. « Si notre client a 50 ans, deux adolescents à charge, on essaye de lui proposer quelqu’un ayant un profil similaire pour comprendre ses envies et besoins, développe Alexandre Robert. Nos kokooners sont formés par nos soins et on essaye de les garder, de les fédérer. C’est pour ça qu’on n’aime pas le terme de sous-traitance. »

Les chasseurs d’appartements travaillent avec 170 agences partenaires en France dont une dizaine à Bordeaux. Cela leur permet d’avoir la primeur sur certains biens durant 24 ou 48h, mais aussi de faire valider le dossier des clients par les professionnels. « Lorsqu’une personne visite un logement via Kokoon, elle a 80% de chances de voir son dossier accepté », précise le cofondateur. L’année dernière la startup a réalisé 1.000 missions sur l’Hexagone et espère en signer le double en 2021.

Accélération de l'activité à Bordeaux

Kokoon se rémunère à la mission. Le client s’engage au départ et débourse la somme de 1.400 euros hors taxe, quelle que soit la taille du bien souhaité. La startup n’a aucune obligation de résultat mais a « une obligation de moyens », affirme Alexandre Robert. Selon lui, 99,3% des clients ont trouvé un logement. Deux tiers de l’activité de la société concerne le B2C, et un tiers le B2B. « Cette part est repartie à la hausse car il y a de nouveau des mobilités professionnelles sur le territoire, des recrutements. A Bordeaux nous travaillons avec cinq clients en B2B et notamment une PME locale et une startup. Mais notre objectif est de créer de nouveaux liens avec les entreprises, qu’elles puissent attirer de nouveaux talents. Par exemple nous pouvons nous occuper de la gestion des visas, ce qui leur facilite le travail. »

Kokoon espère tripler son chiffre d’affaires cette année, qui a dépassé le million d’euros en 2020. L’activité bordelaise représente entre 10 et 15% de celle nationale, mais atteindra les 20 à 25% dans les prochains mois à venir. « Nous avons aujourd’hui une vingtaine de missions par mois dans la ville et nous serons à 40 d’ici l’été, conclut Alexandre Robert. Bordeaux est une zone tendue pour les logements, et tend à se positionner derrière Paris en matière de clients, pour nous. »

Kokoon
Basée à Paris
22 salariés
CA 2020 : 1M€
www.kokoon.fr

Sur le même sujet