Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Immobilier d'entreprise : un regain au 3e trimestre

Écosystème
mardi 13 octobre 2020

L’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprises de Bordeaux (OIEB) vient de publier ses chiffres pour le troisième trimestre 2020. Le constat est encourageant, autant pour les locaux d’activités et d’entrepôts que les bureaux.

« Il y a une vraie dynamique sur les locaux d’activités et les entrepôts », affirme le président de l’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprises de Bordeaux, Simon de Marchi. 220 200 m² de transactions ont été effectués en 2020, dont 104 500 m² au troisième trimestre. En 2019 sur les quatre trimestres nous étions à 234 000 m² et cette surface sera vraisemblablement atteinte voire dépassée d’ici à la fin de l’année. »

Une très bonne année pour les comptes propres

Cinq comptes propres (entreprises ayant acquis des mètres carrés sans intermédiaire) viennent dynamiser le secteur des locaux d’activités : Cartolux à Canéjan, Safran Additive au Haillan, SNCF Réseau et l’annonce de son campus, Malerba au Haillan et Diffazur. Pour les entrepôts cinq comptes propres sont aussi à souligner dont Jouéclub à Cestas (lien). « C’est une année exceptionnelle concernant ces comptes propres, mais cette tendance est nationale. »

31 transactions ont été effectuées dans le sud sud-ouest, toujours plébiscité, pour 90 400 m², comprenant les 28 540 m² de Jouéclub. La rive droite est le deuxième marché le plus important avec 53 200 m² répartis en 25 transactions.

Des chiffres encourageants pour les bureaux

« Dans un contexte complexe nous sommes plutôt étonnés concernant l’immobilier de bureaux, reprend Simon de Marchi. Les chiffres sont plutôt bons et laissent présager une belle performance à venir. » 194 transactions ont été effectuées depuis le début de l’année, pour 90 200 m² dont 48 700 m² au troisième trimestre.

Trois comptes propres sont à souligner : Valorem à Bègles, encore SNCF Réseau et enfin Inflexsys à Mérignac.

Le nombre de transactions pour les petites surfaces est en augmentation, et une sur deux fait moins de 300 m². Si avant le centre-ville était plébiscité, les zones périphériques intéressent de nouveau avec encore le sud sud-ouest.

Source : OIEB

Sur le même sujet