Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Back Market veut recruter au moins 150 personnes à Bordeaux en 2022

Stratégie
vendredi 14 janvier 2022

Les équipes de Back Market à Bordeaux devraient doubler en 2022 - source photo Instagram Back Market

Auréolé de sa récente levée de fonds de 450 millions d’euros, le spécialiste du reconditionné Back Market s’apprête à muscler de façon significative ses équipes bordelaise. Installées depuis peu dans de nouveaux locaux, toujours aux Bassins à flot, elles devraient accueillir au moins 150 recrutements en 2022.

Installée à Bordeaux depuis 2018, d’abord à Darwin, puis dans le bâtiment G7 des Bassins à flot à partir de 2019, la startup parisienne Back Market a investi en décembre de nouveaux locaux, toujours rue Lucien Faure. Elle y a installé ses équipes bordelaises, composées d’environ 150 permanents, et se prépare à y doubler ses effectifs dans le courant de l’année. Le moteur de cette croissance, c’est bien sûr la spectaculaire levée de fonds bouclée en série E par ce spécialiste de la vente de produits reconditionnés.

Officialisé le 11 janvier dernier, moins d’un an après une série D qui l’avait faite entrer dans le club des « licornes », ce tour de table a permis à Back Market de réunir 450 millions d’euros auprès des fonds Sprints Capital, Eurazeo, Aglaé Ventures, General Atlantic et Generation Investment Management, portant la valorisation de cette entreprise créée en 2014 à plus de 5 milliards d’euros. Forte de ces nouveaux moyens, l’entreprise, qui compte aujourd’hui plus de 650 collaborateurs et vient d’ouvrir des bureaux à Barcelone en complément de ses sites de Paris, Bordeaux, Berlin et New-York, a annoncé un objectif de 400 recrutements en 2022.

« Bordeaux devrait concentrer l’essentiel de nos recrutements en France, avec au moins 150 postes, confirme Albane Bressolle-Chataigner, chief people officer de Back Market. Historiquement, Bordeaux concentrait surtout nos activités de support et de service client, mais le site s’est progressivement ouvert à tous nos métiers. Nous y recrutons donc sur l’ensemble de nos postes, qu’il s’agisse de technique, de marketing, de finance, de ressources humaines ou de gestion opérationnelle ». À l’échelle française, le site bordelais de Back Market prend ainsi une importance grandissante, soutenue par des propositions de mobilité interne faite aux collaborateurs parisiens qui souhaiteraient profiter des joies de la vie dans le sud-ouest. « Nous avons eu une quinzaine de demandes, dont la mienne », sourit Albane Bressolle-Chataigner, tout récemment arrivée en Gironde.

Les tensions que connait le secteur du numérique en matière de recrutement n’entravent pas ce tropisme bordelais. « Toutes les startups et les scaleups sont confrontées à des problématiques de recrutement, quel que soit le lieu. La force de Back Market réside dans sa mission et dans sa culture d’entreprise, à l’heure où beaucoup de professionnels cherchent à se positionner auprès d’entreprises dont l’action a du sens », estime la responsable des ressources humaines, qui connait bien le sujet des effectifs en hypercroissance pour avoir géré la politique de recrutement du géant de la publicité Criteo. « Le fait de rejoindre une entreprise en pleine croissance, avec des métiers et des fonctions en pleine structuration, est un vrai atout en termes d’attractivité ». Back Market y ajoute un package d’avantages et de conditions présenté comme « compétitif ». Ainsi que le charme de ses nouveaux bureaux, inaugurés le 18 novembre dernier.

Sur le même sujet