Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Merci Raymond s’implante à Bordeaux pour végétaliser l’espace public

Stratégie
mardi 15 novembre 2022

L'entreprise compte 40 salariés, basés à Paris et Marseille. Crédits : Merci Raymond

L’entreprise parisienne Merci Raymond ouvre, à Bordeaux, un second bureau régional. Spécialisée dans la végétalisation des espaces, extérieurs comme intérieurs, la société veut se positionner en amont des projets immobiliers, pour penser la conception des espaces verts dès celle des bâtiments.

Sept ans après sa création à Paris, l’entreprise Merci Raymond, spécialisée dans la végétalisation des espaces publics et des espaces intérieurs, s’implante à Bordeaux. Une sorte de retour aux sources pour son fondateur, Hugo Meunier, originaire du Lot-et-Garonne : « Historiquement, on a un ancrage dans le sud-ouest de la France. On a décidé de s’implanter d’abord à Marseille, au début de l’année, et aujourd’hui nous ouvrons Bordeaux. C’est une ville qui peut rayonner dans un territoire vaste, jusqu’à Toulouse, La Rochelle voire le Pays basque ; et c’est aussi une ville construite autour de la minéralité. La partie végétale et paysagère n’a pas du tout été intégrée – ou très peu – dans la conception des places et des quartiers. » Selon Merci Raymond, Bordeaux compte 28 m² d’espace vert par habitant, contre 51 m² à Nantes.

Un constat offrant des possibilités de développement à l’entreprise, qui s’attache à ramener le végétal en milieu urbain à travers trois activités : la végétalisation intérieure, l’agriculture urbaine et une activité de paysagiste. « Comment, dans un aménagement urbain, remettre du vivant et de la nature ? Car il y a un vrai intérêt à la végétalisation. D’une part, ça recrée du lien social, ça ramène de la biodiversité, et on connaît les bénéfices des îlots de fraîcheur. Je pense que c’est un vrai sujet sur le territoire bordelais, dans les prochaines années, d’intégrer dès la phase de conception, le prisme de la nature », déroule Hugo Meunier. Trois postes sont d’ores et déjà à pourvoir (paysagistes et chef de projet design végétal), pour constituer l’agence Atlantique, dirigée par Clémentine Preaud-Stonehouse.

Mener des projets à fort impact sur Bordeaux

Merci Raymond se positionne sur le segment BtoB, et s’adresse à des entreprises souhaitant végétaliser leurs locaux ; comme à divers acteurs de l’urbanisme (foncières, bailleurs, architectes, promoteurs) mais aussi à des collectivités. « Les paysagistes classiques sont souvent des bureaux d’études, de conception. Nous, nous allons jusqu’à la réalisation puis à l'entretien ; et nous avons internalisé des postes de conducteurs de travaux ou de chefs de chantier. » Aujourd’hui, 10% de l’activité de l’entreprise émane de ce volet entretien, le reste se répartissant entre le bureau d’étude et le chantier. « Nous avons réalisé un premier projet pour l’espace Now Coworking, et nous nous positionnons sur des appels à projets. Mais il s’agit d’immobilier, nous sommes sur du temps long. Si, d’ici la fin de l’année 2023, nous pouvons mener entre cinq et dix projets à fort impact – environnemental, social et économique -, nous serons très contents », envisage Hugo Meunier. Des projets pouvant aller de 5.000 à 10.000 euros, comme de 100.000 à 300.000 euros.

Si Merci Raymond ne dévoile pas son chiffre d’affaires, son fondateur précise être dans une dynamique de croissance, tout en étant rentable. « Nous avons un modèle permaculturel, avec plusieurs sources de revenus. Cela permet d'avoir un équilibre, même si c’est parfois difficile car nous nous auto-finançons. À Bordeaux, il y a déjà des acteurs présents, qui font très bien leur travail, mais l’enjeu pour nous est d’aller encore plus loin », conclut Hugo Meunier.

Merci Raymond
Basée à Paris 
40 salariés
CA : n. c. 

Sur le même sujet