Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

Fibre optique : 100 000 prises raccordées pour Gironde Haut Méga

Écosystème
vendredi 13 novembre 2020

Avec 100 000 prises déjà raccordées à la fibre optique à fin octobre, l’initiative Gironde Haut Méga respecte son calendrier global initial, même si certaines zones ont pris du retard. Point d’étape et précisions sur le volet commercialisation de ce nouveau Réseau d’Initiative Publique (RIP) avec Mathieu Rouveyre, vice-président de la Gironde chargé de la Citoyenneté, relations avec les usagers, communication et accès numériques.

Le syndicat mixte Gironde Numérique s’est félicité lundi d’avoir franchi le cap des 100 000 prises raccordées à la fibre optique sur le territoire concerné par l’initiative Gironde Haut Méga. Lancée en 2018, cette dernière pilote la création d’un Réseau d’Initiative Publique (RIP) ayant vocation à couvrir l’ensemble des communes de Gironde à l’exception de Bordeaux Métropole et de Libourne, où les opérateurs déploient déjà la fibre sur fonds privés.

Ces 100 000 prises représentent un peu moins d’un quart de l’objectif global, désormais fixé à 466 000 logements et entreprises raccordables à horizon 2024. Elles correspondent également au calendrier de déploiement global, une satisfaction pour Gironde Numérique, même si le confinement du printemps et la crise sanitaire risquent d’engendrer un retard de quelques mois sur l’ensemble du projet.

« Le calendrier de délivrance global correspond à nos objectifs de départ, mais le calendrier par territoire est un peu malmené, notamment dans les zones où il n’est pas viable sur le plan économique de faire du génie civil pour enterrer la fibre », précise Mathieu Rouveyre. Raison du retard : la découverte de poteaux télécoms en mauvais état, dont le remplacement doit être assuré avant tout déploiement de la fibre en aérien. 30 000 poteaux devraient ainsi être changés au cours des trois prochaines années sur le département, avec un surcoût d’environ 50 millions d’euros dont la charge ira au délégataire Orange.

Le confinement en cours n’a pas interrompu les déploiements. « Lors du premier confinement, la priorité était de protéger les agents de terrain, les opérations ont donc pris du retard. Pour ce nouveau confinement, les équipes sont organisées différemment et même s’il est trop tôt pour mesurer l’impact réel, la plupart des chantiers continue sur l’ensemble du territoire », indique Mathieu Rouveyre.

Commercialisation bien engagée... sauf avec Free

Le volet commercialisation est déjà bien engagé. Outre Orange, Bouygues et SFR ont signé les accords nécessaires et commencé à raccorder leurs premiers clients. Les premiers opérateurs alternatifs, notamment B2B, sont également attendus dans les prochains mois. La seule inconnue reste la présence de Free, qui n’a pour l’instant pas signé avec Gironde Haut Méga. Motif de la discorde : le montant du renouvellement de la location pour exploiter les infrastructures du RIP. « Free ne veut pas payer plus d’un euro symbolique, mais nous avons refusé. Nous devons nous assurer que le réseau puisse être maintenu dans le temps et il est logique que cette dépense soit couverte par la participation des fournisseurs d’accès qui eux-mêmes gagnent de l’argent en faisant payer les abonnements. En attendant, les autres opérateurs gagnent des parts de marché », commente Mathieu Rouveyre.

Chiffré dans un premier temps à 669 millions d’euros pour 410 000 prises estimées, le RIP Gironde Haut Méga représente aujourd’hui un investissement d’environ 750 millions d’euros, notamment parce que la croissance démographique de la Gironde augmente la quantité de prises à raccorder. Le montant des subventions publiques reste cependant en phase avec l’enveloppe initiale de 115 millions d’euros. « On devrait réussir à tirer 35 000 km de fibre en six ans ou six ans et demi, c’est un exploit à l’échelle industrielle », se félicite l’élu.

Dans le détail par territoires, Gironde Haut Méga livre les chiffres suivants, arrêtés à fin octobre :

- Bassin : 24 315 construites sur 99 529 à construire
- Libournais : 18 245 construites sur 84 787 à construire
- Médoc : 14 821 construites sur 72 524 à construire
- Haute-Gironde : 8 353 construites sur 40 5769 à construire
- Graves : 5 210 construites sur 15 905 à construire
- Sud Gironde : 18 178 construites sur 99 529 à construire.

Les internautes peuvent vérifier leur éligibilité (ou l'état d'avancement des travaux dans leur zone) sur le site dédié

Sur le même sujet