Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Votre édition locale

Découvrez toute l’actualité autour de chez vous

zUFO veut lever 500.000 euros pour industrialiser sa chaussure de ski éco-conçue

Demain
jeudi 19 janvier 2023

Hervé Fredouille, ingénieur en mécanique, a créé zUFO en 2019. Crédits : zUFO

La startup zUFO, qui conçoit une chaussure de ski dotée d’un exosquelette, et fabriquée en France, a participé au CES 2023 de Las Vegas. Son fondateur, Hervé Fredouille, ambitionne de boucler son premier tour de table cette année, pour terminer la R&D et lancer l’industrialisation de son produit.

C’est en pratiquant le ski de randonnée qu’Hervé Fredouille, ingénieur en mécanique, s’est mis à rêver d’une chaussure – de ski, évidemment - révolutionnaire. Nous sommes en septembre 2019, et il se lance alors à temps plein dans un projet entrepreneurial, zUFO. Il se rend compte, rapidement, que le nombre de brevets déposés a considérablement diminué depuis vingt ans. « Salomon est la société qui a déposé le plus de brevets, mais ça s’arrête à la fin des années 1990, explique Hervé Fredouille. La technologie de la chaussure à coque en plastique était très bien dans les années 1970, car on passait de chaussures en cuir qui ne tenaient pas les chevilles à un objet qui tenait… Un peu trop, bizarrement. » Malgré des difficultés à se chausser et se déchausser, ou un certain inconfort lorsqu'on les porte, trois à quatre millions de paires sont vendues chaque année sur Terre, et 135 millions de personnes skient à travers le monde. 

Alors, l’ingénieur conçoit une paire « à partir d’une feuille blanche », autour d’un exosquelette et d’une partie textile, pour garantir étanchéité et chaleur ; mais sans coque en plastique. La chaussure de zUFO se veut plus ergonomique, adaptée aussi bien pour le ski de randonnée que de piste, pour « diminuer la segmentation du matériel », et l’impact carbone de ce type de matériel. La solution est également modulaire, composée d’une douzaine de modules se montant et se démontant sans outils spéciaux ni colle. Cela, pour garantir une plus grande réparabilité, et une durée de vie allongée. « Cette modularité permet aussi d’être plus flexible sur le modèle industriel, reprend Hervé Fredouille. J’ai plus de chance de favoriser le circuit-court, avec des sociétés qui réaliseraient les pièces en local ou du moins en France. » Sur les 12 modules, seuls deux ne sont pas encore produits dans l’Hexagone.

La chaussure conçue par la startup se veut ergonomique et modulaire. Crédits : zUFO

Une levée de fonds en 2023

zUFO est encore en phase de développement, accompagnée par l’incubateur Unitec, mais son fondateur a déjà été distingué à deux reprises. Par l’appel à projets Perfecto, de l’ADEME, qui « vise à faire émerger une offre de produits, services et procédés à plus faible impact environnemental » ; et plus récemment par le CES de Las Vegas (auquel zUFO participait) dans la catégorie « durabilité ». Deux distinctions qui confortent l’ingénieur dans sa démarche. « Nous sommes dans une logique d’économie de la fonctionnalité, poursuit-il. Typiquement, Michelin ne vend plus de pneus pour les poids lourds, mais propose un abonnement. Ils vendent un usage plus qu’un produit, le client s’abonne et on lui garantit toujours un bon pneu. Avec zUFO, on pourrait imaginer mettre à disposition des gens certaines pièces, à changer au fur et à mesure du cycle de vie de la chaussure, ou qu’ils pourraient personnaliser… Mais aussi, pour optimiser le produit, un système de location ponctuelle ou d’abonnement. »

Pour finaliser son développement, la startup souhaite lever, en 2023, 500.000 euros. Des tests devraient ensuite être réalisés l’hiver prochain, avant une industrialisation et une commercialisation en 2024. Parti au CES avec « beaucoup de questions », Hervé Fredouille en est revenu « avec des éléments de réponse à digérer », et qui pourraient aussi influencer son business plan. Aujourd’hui seul dans son entreprise, il développe son produit, « entouré d’un écosystème de sous-traitants ». Peut-être recrutera-t-il en 2023, même si rien n’est pour le moment défini. « Ce qui est sûr, c’est qu’à terme, je cherche un associé actif pour me rejoindre, confie-t-il. Et puis, j’ai quelques pistes du CES pour travailler avec des marques d’outdoor. »

zUFO
Basée à Lacanau

Sur le même sujet