Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Veracash lève 2M€ pour ses services bancaires adossés sur l’or

Stratégie
mercredi 05 mai 2021

Ignacio Sainz Iglesias, directeur des opérations de Veracash - photo DR

Veracash, filiale du groupe girondin AuCoffre.com, vient de lever 2 millions d’euros, principalement auprès de ses clients, pour développer les services associés à son compte en ligne adossé à des réserves physiques d’or et d’argent. Outre sa carte de paiement, elle promet notamment la mise à disposition prochaine d’un IBAN, grâce auquel Veracash entend devenir une alternative crédible aux néo-banques.

Entre défiance vis-à-vis du système bancaire traditionnel et recherche d’une épargne liquide, la crise sanitaire semble avoir profité aux affaires de Veracash. Cette fintech bordelaise a réalisé 86 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, en hausse de 197% sur un an, avec une accélération de 151% du nombre de nouveaux clients, qui porte la base installée à 30.000 utilisateurs. 

Fondée en 2014 sur la base des services développés par la sociétés bordelaise AuCoffre.com, spécialisée dans l’achat et la vente d’or sur Internet, Veracash propose un compte en ligne dédié à la gestion d’une épargne basée sur des réserves physiques d’or (napoléons ou lingots), d’argent et de diamants, stockées aux Ports francs et entrepôts de Genève. Elle met à disposition de ses clients une carte de paiement Mastercard, grâce à laquelle ces derniers peuvent réaliser des paiements à partir de l’épargne. La valeur du compte évolue en fonction des fluctuations du cours de l’or, de l’argent ou du diamant.

« En fonction des variations, la monnaie or peut se révéler plus performance que la monnaie euro. Mais l’une de nos ambitions est d’amener nos clients à utiliser leur épargne de façon déconnectée du cours de l’or, même pour de petits achats, comme ils le feraient avec leur deuxième compte bancaire », explique Ignacio Sainz Iglesias, directeur des opérations de Veracash.


Les recettes de Veracash proviennent principalement des commissions à l’achat

Une levée de fonds pour se rapprocher d’une néo-banque

Cette ambition a motivé le lancement d’une levée de fonds, adressée prioritairement aux clients de Veracash et organisée à la façon d’une campagne de financement participatif, avec différents paliers associés à des promesses de nouvelles fonctionnalités. Réalisée sur le premier trimestre 2021, elle a permis de réunir 2 millions d’euros, dont 80% proviennent d’investisseurs déjà clients de Veracash.

« En réalité, on ne lève pas pour financer un projet en particulier, puisque Veracash est rentable depuis 2019. Mais on avait déjà fait un crowdfunding en 2016, qui nous avait permis de recueillir près de 600.000 euros auprès de 200 clients, et beaucoup avaient regretté d’avoir raté cette occasion. Nous voulions donc apporter deux réponses, avec la possibilité de faire rentrer nos clients au capital, et le financement des fonctionnalités les plus demandées ces dernières années », précise Ignacio Sainz Iglesias. À l’issue de ce nouveau tour de table, les clients représentent 12% du capital de Veracash, dont les 88% restants sont toujours détenus par la maison mère, AuCoffre.com.

Les développements envisagés suite à cette opération doivent permettre à Veracash de sortir du statut de simple vendeur d’or qui met à disposition une Mastercard pour devenir un véritable opérateur de services de paiement, en commençant par la fourniture d’un IBAN, synonyme d’un compte en ligne en euros. « Aujourd’hui, le client qui souhaite réaliser un virement en euros depuis son compte Veracash doit passer par nous. Demain, il pourra gérer ses propres virements, ou envoyer des euros vers son compte et décider à quel moment il souhaite les convertir en or ou en argent », décrit Ignacio Sainz Iglesias.

Pour ce faire, Veracash, qui dispose d’un agrément européen d’agent prestataire de services de paiement passé auprès d’un établissement irlandais (PFS, racheté en 2020 par l’australien EML), se prépare à migrer vers un partenaire français. La fintech travaille en parallèle à la refonte de son registre transactionnel, qui sera bientôt porté sur une blockchain développée en consortium avec d’autres sociétés bordelaises.

Veracash
Fondée en 2014
15 collaborateurs 
CA 2020 : 86M€

Sur le même sujet