Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Up Grade accueille sa première promotion de pré-accélération

Demain
mardi 22 février 2022

Ouidrop et son vestiaire automatisé font partie des premiers lauréats de ce parcours de pré-accélération - crédit Ouidrop

L’accélérateur régional de Nouvelle-Aquitaine Up Grade a constitué la première promotion de son nouveau parcours de pré-accélération. Destiné aux startups qui ont déjà fait leur « preuve de marché », il ambitionne de les préparer pour la phase suivante de leur développement.

C’était le chaînon manquant entre les technopoles, spécialisées dans l’accompagnement des jeunes pousses, et l’accélérateur régional Up Grade, qui se concentre quant à lui sur les startups entrées en phase d’hypercroissance. Ensemble, le réseau des technopoles de Nouvelle-Aquitaine et Up Grade ont lancé début 2022 un nouveau programme dédié à la phase de pré-accélération : celle où les startups, passées par un incubateur, commercialisent déjà leur produit ou leur offre de service, mais ne sont pas encore suffisamment outillées et structurées pour aborder sereinement leur croissance à venir.

« Le nouveau programme de pré-accélération d’Up Grade se destine aux sociétés réalisant entre 300.000 et 600.000 euros de chiffre d’affaires, avec l’idée de les aider à suivre cette traction marché, pour ensuite les emmener vers la phase d’accélération », expliquait récemment à Placéco Stéphane Rochon, directeur général d’Unitec, la technopole chargée du pilotage de l’accélérateur Up Grade. Cette pré-accélération est proposée sur l’ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine. L’accompagnement individuel est assuré par l’une des neuf technopoles régionales, tandis que les équipes d’Up Grade assurent pour leur part un accompagnement collectif, à raison de six journées par an.

Neuf startups girondines déjà accompagnées

Le parcours de pré-accélération ouvre un nouveau cycle de recrutement tous les trois mois. Le prochain jury de sélection se tiendra le 21 avril prochain, et les startups intéressées ont jusqu’au 6 avril pour déposer leur dossier de candidature dans l’une des technopoles partenaires. En attendant, une première promotion de dix startups, dont neuf girondines, a déjà intégré le parcours. En voici la liste, dans des secteurs très divers.

Certis Therapeutics : ce spin-off de l’IHU Liryc développe une solution de guidage par imagerie destinée au traitement des tumeurs cancéreuses. Après une levée de fonds bouclée à l’automne 2021, la startup cherche à accélérer son développement commercial.

Emundus : accompagnée par la Rochelle Technopole, Emundus édite une plateforme qui permet aux entreprises ou aux institutions d’opérer, en marque blanque, les appels à projet, les recrutements, l’attribution de bourses ou d’autres processus internes.

Go4ioT : ce spécialiste de l’IoT, confronté à une double problématique de développement commercial et de sécurisation de son approvisionnement, commercialise un antivol connecté dédié aux véhicules (engins agricoles, BTP, voitures de collection, camping-cars, vans aménagés), et accompagne les entreprises dans l'utilisation d'objets connectés afin que ces dernières optimisent leur exploitation et leur maintenance.

GR BIM : basée à Bordeaux, cette startup offre aux entreprises du bâtiment un catalogue de services et de prestations autour du BIM (Building Information Modeling), de la conception à la gestion de projet.

Luos : basée à Bordeaux, cette startup fondée en 2018 met au point une méthodologie et des outils dédiés aux microservices, une méthodologie de développement à la fois logicielle et matérielle. Soutenue par une récente levée de fonds, Luos cherche notamment à fédérer un maximum d’utilisateurs autour de sa technologie.

Nurea : fondée en 2018, Nurea développe un logiciel d’analyse d’image utilisé pour le diagnostic et le suivi de patients atteints de maladies vasculaires. Grâce à des technologies de modélisation, de simulation numérique et d’intelligence artificielle, il offre aux praticiens une aide au diagnostic, destinée notamment à la prévention des risques d’accidents cardiovasculaires.

Ouidrop développe des solutions de stockage sécurisées qui se déclinent en un vestiaire robotisé conçu pour l’événementiel, en un porte-parapluie sécurisé, ou en points de retrait de type click and collect pour la livraison de colis. La startup, qui a déjà développé des pilotes avec Engie ou avec la Poste, cherche sans cesse de nouvelles applications pour ses solutions, conçues et fabriquées en Nouvelle-Aquitaine.

Rematch : la startup édite une application mobile gratuite qui permet aux spectateurs d’une rencontre sportive d’en capturer et partager en quelques instants les meilleurs moments. Des « highlights » que Rematch travaille ensuite à valoriser à monétiser selon différents axes allant de la vente des droits au sponsoring en partenariat avec les clubs amateurs.

Tricky : un pied à Bordeaux, l’autre à Paris, Tricky utilise la mécanique de l’escape game, en physique ou via un outil numérique, à des fins de réduction des risques en santé, sur des thématiques telles que le stress au travail, la gestion des émotions ou la prévention des TMS (troubles musculosquelettiques).

Winespace : passée par l’incubateur de Bernard Magrez et Bordeaux Technowest, Winespace développe un outil d’aide à la décision en forme de sommelier virtuel capable par exemple de suggérer les meilleurs accords mets et vins, pour accompagner à la fois les consommateurs et les chargés de rayon en magasin. Testée depuis plus d’un an en magasin, son application fait aujourd’hui l’objet d’un déploiement commercial à plus grande échelle.