Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Une école pour former au « luxe à la Française » à Bordeaux

Demain
lundi 18 juillet 2022

Claude Mansart, fondateur et directeur de la France Luxe Business School. Crédits : Claude Mansart

Dès la rentrée prochaine, l’école France Luxe Business School ouvrira ses portes. D’abord pour des formations courtes, puis en 2023, pour des masters de deux ans. Objectif : former des profils commerciaux ou de gestionnaires dans le secteur du luxe.

Enseigner « le luxe à la française ». Voilà la promesse de France Luxe Business School (FLBS), une école fraîchement créée à Bordeaux. À l’origine du projet, Claude Mansart, ingénieur en informatique chez IBM, et intervenant à l’université de Bordeaux. « Ces deux dernières années, j’ai pu rencontrer un certain nombre d’universitaires qui menaient des recherches sur le luxe, présente le fondateur et directeur de l’école. Entre le constat que ce secteur peut passionner des universitaires de renom, et mon envie d’entreprendre, l’idée a germé. » Car en France, le luxe représente 2,7% du PIB, et a surtout vu son chiffre d’affaires bondir de 45% en 2021. Preuve que le secteur, en ces temps de crise économique, reste porteur.

Objectif : ouvrir une formation en deux ans

L’école dispensera dès la rentrée prochaine des modules de formation sous plusieurs formats. Des masterclass abordant des thèmes précis (« La communication autour des spécificités dans le luxe » ; « Le processus de montée en gamme des produits ») ; ou des « Learning Business Trip » de cinq jours. L’idée ? Proposer des cours mais aussi des visites sur le terrain, dont la première, fin août, aura lieu en Charente, territoire connu pour les spiritueux. France Luxe Business School, qui veut aborder autant l’histoire du luxe que les techniques et les savoir-faire français, s’adresse à des profils souhaitant devenir managers de boutiques, gestionnaires ou commerciaux. Parmi l’équipe d’intervenants, Hubert Bonin, professeur émérite à Science Po Bordeaux spécialiste de l’histoire des grands groupes de luxe ; Jean-Marc Figuet, professeur d’économie à l’université de Bordeaux spécialiste des cryptomonnaies, de la blockchain et des NFT ; ou encore Stéphanie Capdemoulin, formatrice à l’Inseec et à l’ISG Luxury Management, spécialiste des codes du luxe.

« Nous avons voulu démarrer notre formation dès cette année pour montrer ce que l’on peut faire, explique Claude Mansart. Mais notre objectif est, dès la rentrée 2023, de proposer des masters accessibles après bac+3 pour deux ans. » Claude Mansart et son équipe ont d’ores et déjà pris contact avec le rectorat, pour obtenir l’agrément nécessaire à l’ouverture d’une école « physique », dans des locaux. La FLBS veut aussi décrocher le label Qualiopi, qui lui permettrait d’être référencée dans les centres de formation, et qui permettraient à des personnes en reconversion professionnelle de bénéficier d’une prise en charge financière via leur compte personnel de formation. « On veut aussi s’ouvrir au monde des entreprises, martèle le directeur. Aujourd’hui c’est compliqué, nous sommes en recherche de partenaires car nous voulons former les jeunes pour les entreprises. Nous ne sommes pas encore connus, mais on espère se faire une place avec un ancrage local. Car la Nouvelle-Aquitaine compte un tissu économique assez important dans le luxe. »

FLBS

Sur le même sujet