Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

TER : SNCF Réseau s'engage auprès de la Région à plus de ponctualité

Écosystème
jeudi 16 septembre 2021

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, a signé le contrat de performance avec Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau. Crédits : MB

En signant le premier contrat de performance néoaquitain avec SNCF Réseau, la Région souhaite atteindre un taux de régularité de 95% pour ses TER d’ici 2024.

Mercredi 15 septembre, le président de la Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau, étaient réunis pour signer un contrat de performance 2021-2024. Une première pour la région, troisième de l’Hexagone à concrétiser ce genre d’engagement après la Normandie et l’ex-PACA. « C’est le renouvellement de notre ambition commune pour arriver à ce qui fait le succès du train : sa régularité et sa fiabilité », s’est félicité Alain Rousset. Objectif affiché : améliorer la ponctualité des TER néo-aquitains, et atteindre d’ici 3 ans un taux de régularité de 95 % (contre 93,7 % actuellement).

« Pour nous, cette signature de contrat de performance est stratégique », a repris Alain Rousset. SNCF Réseau s’engage à se doter des moyens, internes comme externes, pour les études et les travaux ; et à dépenser « en moyenne 475 millions d’euros par an » pour réaliser les travaux de régénération, d’entretien et de développement du réseau. Un mécanisme de bonus/malus est également prévu pour SNCF Réseau en cas de retard des chantiers engagés, d’un montant maximal de 500 000 par an. Cette somme pourrait alors être réinvestie par la Nouvelle-Aquitaine « pour une meilleure performance des lignes régionales ».

A lire aussi : En 2021, 395M€ seront investis dans le réseau ferré régional

La desserte fine a la part belle

Ce contrat vient compléter la convention TER 2019-2024, signée il y a deux ans avec SNCF Voyageurs, ainsi que les dispositifs déjà existants. La même année, un plan directeur d’investissement ferroviaire (PDI Fer) était également déployé pour « régénérer les lignes de desserte fine », donnant lieu, en avril 2021, à un protocole d’accord avec l’Etat. Montant total : 1,5 milliard d’euros sur 10 ans, financés à 62 % par la Région et à 38 % par l’Etat. « La Région a investi, depuis 15 à 20 ans, 1,4 milliard d’euros en majorité pour les petites lignes de desserte fine du territoire », a souligné Alain Rousset.

Après l’annonce de la région PACA de confier à la société Transdev une partie de son réseau TER, Alain Rousset a apporté quelques précisions quant à une possible ouverture à la concurrence en Nouvelle-Aquitaine. « Nous allons aller jusqu’au bout de la convention avec SNCF Mobilités. » L’ouverture à la concurrence « est une obligation européenne », et c’est une « suite logique ». Mais, a-t-il précisé, « il ne s’agit pas dans nos têtes d’éliminer tout le travail que l’on fait avec la SNCF ».

Sur le même sujet