Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Saint-Emilion : arbitrage rendu dans la vente du Château Beauséjour

Stratégie
mercredi 07 avril 2021

Capture d'écran du site internet de Beauséjour HDL

Quatre dossiers étaient en concurrence pour la reprise du Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse. Saisie par les associés propriétaires de ce premier grand cru classé, la Safer a finalement arbitré en faveur de la famille Courtin Clarins, associée à l’une des héritières de la famille Duffau-Lagarrosse.

À Saint-Emilion, on préfère médiatiser les transactions après leur conclusion, mais les 6,75 hectares du Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse ont suscité suffisamment de convoitises pour mettre à mal la sacro-sainte discrétion qui entoure la vente d’un grand cru prestigieux. L’arbitrage a finalement été confié à la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), organisme à statut privé avec mission de service public opérant sous le contrôle de l'État, qui a rendu sa décision mercredi après examen du dossier en conseil d’administration.

La Safer a décidé de retenir la proposition conjointe du fonds d’investissement de la famille Courtin (cosmétiques Clarins) et de Joséphine Duffau-Lagarrosse, l’une des descendantes de la famille de Beauséjour. La vente, fixée à 75 millions d’euros, est assortie d’un certain nombre de conditions, parmi lesquelles le non-démantèlement du domaine en plusieurs parcelles, la mise en place d’un projet d’agriculture durable respectueux de la biodiversité et le maintien du « lien historique » entre l’exploitation et la famille Duffau-Lagarrosse.

L’organisme indique avoir reçu et examiné quatre dossiers suite à l’appel de candidatures qu’implique son intervention. La famille Cuvelier, propriétaire du Clos Fourtet voisin, faisait partie des repreneurs pressentis, avec une offre qui d’après le magazine Challenges avait les faveurs des héritiers de Beauséjour avant la saisine de la Safer. Stéphanie de Boüard, actionnaire et gérante de château Angelus, faisait également partie des candidats en lice.

À l’issue de cet arbitrage, Joséphine Duffau-Lagarrosse, trentenaire aujourd’hui en poste chez Bernard Magrez au château Les Grands Chênes à Saint-Christoly-Médoc, devrait donc reprendre les rênes du château Beauséjour… si aucun recours n’est déposé pour faire annuler la décision de la Safer.

« Hors norme au regard du contexte de l’opération et du montant de la transaction envisagée, la transmission d’un domaine viticole fait pour autant partie des missions et du cœur de métier de la Safer Nouvelle-Aquitaine, à Saint-Emilion comme ailleurs. La Safer a donc suivi dès l’origine du dossier la procédure réglementaire et son intervention, via un appel de candidatures, a permis l’émergence, en toute transparence, de différents projets de reprise qui ont été examinés dans des conditions et avec un traitement identiques », affirme l’organisme.

Sur le même sujet