Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Pont Simone Veil : les premières fondations sont en cours

Écosystème
mardi 15 juin 2021

Les travaux de construction du pont Simone Veil ont repris rive droite avec, cette semaine, une étape significative : la pose des fondations de ce qui constituera la première des huit piles de l’ouvrage.

Relancés au printemps suite à l’attribution d’un nouveau marché public au groupe Bouygues, les travaux du pont Simone Veil rentrent dans une phase très opérationnelle avec la réalisation des fondations nécessaires aux futures piles de l’ouvrage. Du fait de sa largeur importante - 44 mètres, les fondations de chaque pile sont constituées de quatre « pieux », qui prennent la forme de tubes en acier de 2,5 mètres de diamètres et 23 mètres de long. Plantés dans le lit du fleuve par vibration, ces pieux seront ensuite remplis d’une armature métallique et d’environ 100 mètres cube de béton. 32 de ces pieux seront installés au cours des prochains mois, et progressivement surmontés des 8 piles qui porteront le futur tablier du pont.

Bouygues s’est félicité mardi d’avoir réussi la pose de son premier pieu lors d’une visite de chantier organisée en présence de nombreux élus locaux. L’étape n’est pas que symbolique : elle permet au géant du BTP de démontrer la viabilité technique du procédé retenu par ses soins, suite à l’abandon du chantier par Ravel (groupe Fayat), qui avait entraîné une résiliation de contrat et une longue négociation avec Bordeaux Métropole. Fort de ce premier succès, Bouygues maintient l’objectif d’une livraison de l’ouvrage fin 2023, pour une mise en service qui devrait intervenir dès le début 2024.

Dessiné par l’Agence OMA de Rem Koolhaas, le pont Simone Veil reliera Floirac à Bègles. L’ouvrage, long de 549 mètres, a été pensé comme une « passerelle » large de 44 mètres dont la moitié sera réservée aux piétons et aux mobilités douces. Il accueillera également 2x2 voies pour la circulation urbaine ainsi qu’une voie par sens dédiée à un transport en commun, ainsi que des aménagements permettant d’apprécier la vue sur la Garonne. Les entrées du pont profiteront par ailleurs d’espaces boisés, avec 1200 arbres prévus entre la rive droite et la rive gauche. A la question des élus demandant s’il était possible d’envisager la plantation d’arbres directement sur le pont, pour créer des îlots de fraîcheur, Bouygues a répondu par la négative : l’opération présenterait trop de risque, du fait de la nécessité de préserver l’intégrité du pont face aux risques d’infiltrations d’eau !

Sur le même sujet