Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

NA20 : la French Tech régionale récompense 20 startups à impact

Demain
mercredi 08 décembre 2021

Le jury du NA20 réunissait Hannah Berkouk (HelloAsso), Xavier Marchaland (Crédit Mutuel), Yoann Monget (Ademe), Théo Akil (Univ. Bordeaux / IAE), Anita de Voisins (CentraleSupelec) et Félix Mounier (Alter Equity), entourés de P. Métayer et M. Lozano

Emmenés par la French Tech Bordeaux, les huit écosystèmes French Tech de Nouvelle-Aquitaine ont dévoilé mardi les 20 startups qui composeront la promotion 2022 du NA20. Un projet qui vise à mettre en valeur les initiatives conciliant création d’emploi, réussite économique et impact positif sur l’environnement ou la société.

Faire rayonner les startups vecteurs de changement positif pour que leur exemple puisse inspirer d’autres acteurs du monde économique : tel est l’objectif affiché par le projet NA20, lancé fin septembre par la French Tech Bordeaux, avec le concours des sept autres écosystèmes French Tech de la région Nouvelle-Aquitaine.

Après examen des 63 dossiers déposés à l’échelle régionale, le jury du NA20 a sélectionné 20 startups lauréates, qui composeront donc la première promotion de ce dispositif amené à se répéter chaque année. A la clé, de la visibilité, mais aussi des rencontres et des opportunités, amenées par l’entremise des différentes antennes de la French Tech. Les résultats ont été révélés mardi dans le cadre du forum Innovaday, organisé par Unitec et l’ADI Nouvelle-Aquitaine à la Cité mondiale de Bordeaux.

Aquassay : fondée en 2015, basée à Limoges et forte de 21 collaborateurs, Aquassay développe une démarche métier dédiée à l’efficacité hydrique, c’est-à-dire à la performance industrielle et environnementale des usages et traitements de l’eau en milieu industriel.

Axioma : basée à proximité de Brive-la-Gaillarde, cette startup de la biochimie réunit 12 salariés autour de la formulation de biosolutions destinées à stimuler, de manière naturelle, les processus physiologiques des productions agricoles végétales et animales. Elle a récemment inauguré une usine de 3.500 m² dédiée à l’industrialisation de ses procédés.

Comerso : installée à Bordeaux après des débuts près d’Agen, Comerso et son équipe de 32 personnes développent une plateforme dédiée à la réduction du gaspillage et à la valorisation des invendus chez les professionnels de la grande distribution ou de l’agroalimentaire.

Ertus Group : installée à Bordeaux et forte de 35 collaborateurs, la société édite un ERP viti-vinicole en mode Saas visant à aider les professionnels du vin à mieux maîtriser leur production, à passer des certifications environnementales, à mieux respecter les normes et les dosages ainsi que les gestes de sécurité des personnels.

EthicDrinks : société de négoce fondée en 2019 à Bordeaux, EthicDrinks s’applique, comme son nom l’indique, à développer un circuit vinicole respectueux de l’environnement, avec des vins bios, bien sûr, mais aussi et surtout une mise en bouteille, un conditionnement et un acheminent ajustés au plus près des contraintes écoresponsables. L’entreprise a récemment été labelisée entreprise à mission.

Facil’iti : installée à Limoges et certifiée B-Corp, cette startup de 19 personnes s’attelle à la délicate question de l’accessibilité en ligne, avec la mise à disposition d’une solution « no-code » visant à adapter sur mesure l’affichage d’un site ou d’une application logicielle à plus de 20 handicaps ou troubles de la navigation.

Geev : pourquoi jeter, alors qu’on peut donner ? De cette simple idée, d’abord mise en application au travers d’un groupe Facebook, Geev a fait un modèle un modèle économique basé sur le don. La société, basée à Bordeaux et composée de 15 personnes fin 2020, revendique 12 millions d’objets et de produits alimentaires donnés sur son application depuis sa création.

Gouach : si le gros de l’attention et des financements se concentrent sur les batteries destinées à l’automobile, les mobilités douces soulèvent elles aussi leur lot de problématiques. C’est le sujet auquel s’attelle la startup Gouach, basée à Bordeaux, avec le développement de batteries pour vélos ou trottinettes électriques aux cellules interchangeables, de façon à favoriser leur réparation, et donc augmenter leur durée de vie. La startup, qui réunit 12 personnes, a déjà levé 2,1 millions d’euros depuis sa création en 2018.

Résurrection : à Canéjan, Résurrection se prépare à ouvrir un site de production dédié à sa fabrication de crackers élaborés à partir d’ingrédients de second de vie tels que le marc de pomme issu du pressage du cidre, ou les drèches de malt résultant de la production de bière.

Keenat : les mégots, chewing-gums ou masques respiratoires inondent les caniveaux et les poubelles ? Qu’à cela ne tienne : Keenat, 12 collaborateurs, développe depuis Villenave-d’Ornon des procédés de collecte et de recyclage visant à donner une seconde vie à ces déchets.

Lynxter : installée à Bayonne, Lynxter est positionnée sur le segment porteur de la fabrication additive, avec une gamme d’imprimantes 3D professionnelles multi-matériaux, particulièrement polyvalentes, destinées aux usages industriels.

Materrup : installée dans les Landes, Materrup s’attaque à l’empreinte carbone du secteur du BTP. La société a mis au point et produit des bétons de terre à base d’argile, destinés à la construction et à l’aménagement urbain. La promesse ? Un ciment d’argile, à la production peu gourmande en énergie, avec un déploiement d’usines au plus près des chantiers.

Minuit sur Terre : économie circulaire là aussi. Minuit sur Terre a développé une gamme de chaussures et de sacs confectionnés à partir de matières végétales recyclées, du marc de raisin aux bouteilles plastiques ramassées en mer Méditerranée. La startup, qui réunit cinq personnes et devrait dépasser le million d’euros de chiffre d’affaires en 2021, réfléchit à rapatrier sa production en France (la confection est faite dans le nord du Portugal) et vient de lancer une plateforme dédiée aux articles de seconde main.

Les Nouvelles Fermes : après une ferme expérimentale à Lormont, les Nouvelles Fermes ouvrira début 2022 son premier site de production à grande échelle à Mérignac. La startup exploite le principe de l’aquaponie, pour faire pousser des végétaux au-dessus de bassins occupés par des truites d’élevage, le tout sans traitement chimique ni antibiotiques.

PolymerExpert : installé à Pessac, PolymerExpert est un laboratoire de recherche et développement spécialisé dans le domaine des polymères. Des produits innovants à plus d’un titre, soit pour leurs propriétés physiques, soit pour leur capacité à offrir des alternatives écologiques à leurs équivalents issus de la chimie du pétrole. Fondé en 2000, cette PME emploie 21 collaborateurs et détient plus de 65 brevets.

Primobox : installée à Pessac avec son équipe de 44 personnes, Primobox développe des solutions de dématérialisation dédiées aux processus RH, et a réalisé en début d’année une levée de fonds de 4 millions d’euros. Très impliqué dans les sujets RSE, son dirigeant Ludovic Partyka encourage aussi le mécénat de compétences.

Sanodev : Installée à Limoges, l’équipe de 14 collaborateurs de Sanodev développe des produits et services qui permettent de désinfecter, désherber, renforcer et traiter, grâce à des procédés physiques comme la lumière pulsée, les arcs électriques ou les micro-ondes, pour réduire l’utilisation de produits chimiques conventionnels. Elle a notamment mis au point une solution de désinfection par lumière pulsée efficace contre les coronavirus.

Synapse Medicine : fondée à Bordeaux en 2017, Synapse Medicine développe des outils dédiés à la bonne gestion des traitements médicamenteux, qu’il s’agisse de faciliter la prescription et la délivrance pour les professionnels, ou d’aider le grand public à se prémunir d’éventuelles interactions dangereuses. Pour ce faire, ses algorithmes vont chercher des informations indépendantes, fiables et à jour dans la littérature scientifique en constante évolution. La startup a signé début 2021 un partenariat avec la Mutuelle Ociane Matmut.

Toopi Organics : récupérer l’urine humaine et la valoriser sous forme de fertilisants biologiques pour l’agriculture, telle est la mission que s’est fixée Toopi Organics, startup basée près de la Réole qui emploie 22 collaborateurs et bénéficie d’un financement de l’Ademe. La jeune pousse prépare la commercialisation de ses premiers produits pour 2022.

Trizzy : basée en Charente, Trizzy propose un « assistant zéro-déchet » sous forme de place de marché, qui accompagne les collectivités et les entreprises dans la gestion et la réduction de leurs déchets, en favorisant l’économie circulaire locale, le réemploi et le lien social.