Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

L’usine Mondelez de Cestas toujours à l’arrêt pour nettoyage

Stratégie
mardi 30 août 2022

L'usine Lu de Cestas s'étend sur 34 000 m² et réunit 500 collaborateurs. Ici, une ligne de production, hors Europe, dédiée aux biscuits Oreo - crédit Mondelez International

À l’arrêt depuis le début du mois de juillet, l’usine Mondelez de Cestas fait actuellement l’objet d’un nettoyage complet préventif, suite à la découverte de salmonelles chez son principal fournisseur de cacao, le groupe suisse Barry Callebaut. La reprise d’activité est attendue « dans les prochaines semaines ».

En rayon, certaines références de biscuits de la marque Lu commencent à se faire rares, et il faudra vraisemblablement plusieurs semaines pour que la situation revienne à la normale. En cause : une alerte à la salmonelle dans l’une des usines du groupe Barry Callebaut, qui alimente en cacao et en préparations chocolatées les unités de production européennes des grands noms de l’agroalimentaire. Dès le 1er juillet, quatre jours après la première alerte, Barry Callebaut a annoncé à l’issue d’un audit interne qu’aucun produit chocolaté contaminé n’était parvenu sur le marché final. Des lots susceptibles de contenir des salmonelles auraient cependant pu sortir de son usine entre le 25 juin, date estimée de la contamination, et le 27 juin, date de sa découverte, ce qui a conduit le groupe Mondelez International à mettre à l’arrêt la plus importante de ses neuf usines françaises, à Cestas, d’où sortent les biscuits de la marque Lu comme Mikado ou Petit Ecolier.

« Nous avons tout de suite procédé à un audit des sites de production de Mondelez International concernés par les lots livrés par l’un de nos fournisseurs, et à un niveau strictement préventif arrêté temporairement les lignes et les livraisons à nos clients fin juin », indique le groupe, qui assure avoir confirmé dès le 1er juillet que ses produits disponibles en rayon sont exempts de tout risque. Deux mois plus tard, l’usine de Cestas est toujours à l’arrêt. Une interruption motivée par un « nettoyage en profondeur » et une « désinfection des lignes de production, par mesure de précaution ». L’opération, toujours en cours, implique un démontage complet de l’ensemble des équipements et « prend plusieurs semaines ».

Contactée par Placéco, l’entreprise confirme que cet arrêt de la production se traduit par un passage en activité partielle pour les équipes en charge de la production et de la logistique, alors que les fonctions transversales continuent à fonctionner normalement et que les personnels techniques prennent en charge les opérations de nettoyage, auxquelles sont conditionnées la reprise d’activité. Mondelez souligne dépendre aussi de la reprise des livraisons assurées par son fournisseur, qui mène également de son côté une désinfection complète de l’usine concernée, à Wieze en Belgique. Le groupe, qui avait annoncé au printemps un investissement de 10,9 millions d’euros dans l’usine de Lu de Cestas pour accroître ses capacités de production, confirme par ailleurs que le projet est pérenne, même si la priorité va actuellement aux opérations de nettoyage et au redémarrage de l’activité.