Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

L’incubateur de Bernard Magrez se tourne vers la blockchain et les NFT

Écosystème
lundi 29 août 2022

L'incubateur a été officialisé en janvier 2021. Crédits : Philippe Dacquin

L’incubateur Bernard Magrez Startup Wine recrute des startups pour sa troisième promotion. Cette année, l’accent sera mis sur le numérique, la data ou encore le web3.

Un an et demi après son lancement, l’incubateur Startup Wine de l’homme d’affaires Bernard Magrez, a lancé le recrutement de sa troisième promotion. Si les équipes de la structure, en coopération avec Unitec, accompagnent toutes sortes de jeunes pousses, une thématique sera privilégiée : le numérique, la data et le web3. « On se rend compte qu’il y a énormément de projets dans le vin, autour de la blockchain et des NFT, présente Sébastien Labat, directeur de l’incubateur. Mais il ne faut pas partir dans tous les sens, que les startups arrivent en disant "on va révolutionner le web3" ; mais qu’elles comprennent les cas d’usage dans le secteur du vin. Aujourd’hui une partie de la population comprend ce qu’est un NFT, mais dans notre secteur il faut associer cela à un produit, un cru d’excellence, un service d’œnotourisme… Qu’il y ait une certaine réalité qui se greffe au web3, pas uniquement un univers virtuel. » Les candidats ont jusqu’au 30 septembre prochain pour transmettre leur candidature, pour intégrer, peut-être, le Château Le Sartre, au cœur des vignes de Pessac-Léognan.

Quelques belles réussites 

Depuis son lancement, l’incubateur Bernard Magrez Startup Wine a hébergé de nombreuses entreprises. Parfois de belles réussites, mais aussi quelques échecs. Notamment Caveasy, qui proposait une cave connectée dans laquelle l’utilisateur rangeait ses bouteilles, et pouvait les contrôler à distance. « Ils ont subit une rupture de composants électroniques et n’ont pas pu livrer ce qu’ils auraient dû, donc l’aventure s’est terminée, résume Sébastien Labat. Pour nous, il y avait un intérêt mais avec la conjoncture, si une startup n’arrive pas à franchir le cap il faut passer à autre chose. »

Parmi les succès, le directeur de l’incubateur met en avant Luz Environnement, spécialiste de la consigne pour les bouteilles de vin qui ouvrira d’ici peu son usine. Ou encore Mondin, jeune pousse qui conçoit et produit une matière alternative au cuir, à base de marc de raisin, qui compte depuis peu Bernard Magrez à son capital. « Ce sont ceux qui avancent le plus vite et le plus significativement, pour nous. Ils ont levé des fonds pour financer leur premier appareil de production à grande échelle – car aujourd’hui ils sont sur des petites séries de 10, 50 ou 100 pièces. » Pour autant, si l’incubateur est proche de ses pépites, Sébastien Labat précise que « la finalité n’est pas d’investir dans toutes les startups, mais de les accompagner dans leur développement ».

Sur le même sujet