Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Les Girondins de Bordeaux lâchés par leur actionnaire

Stratégie
jeudi 22 avril 2021

Les Girondins de Bordeaux sont classés en 16e position du championnat de France. (Photo: FCGB)

Le fonds américain King Street annonce qu’il ne souhaite plus soutenir financièrement les Girondins de Bordeaux. Le club se place sous la protection du tribunal de commerce, via un mandat ad hoc, et cherche un repreneur.

Fin de partie pour King Street. Le fonds américain, qui a racheté le FCGB (Football Club des Girondins de Bordeaux) à M6 en novembre 2018, et en est le seul actionnaire depuis décembre 2019, lâche l’éponge. Dans un communiqué publié le 22 avril, il annonce « qu’il ne souhaite plus soutenir le Club et financer ses besoins actuels et futurs ». La pandémie de Covid-19 et les déboires de Médiapro ont coûté cher aux Girondins, qui devraient présenter un déficit de 80 M€ en fin de saison. Pour King Street, qui avait recapitalisé l’entreprise à hauteur de 40 M€ il y a moins d’un an, la situation est devenue intenable. « Ces circonstances ont conduit le Président à protéger le Club en le plaçant sous la protection du Tribunal de Commerce de Bordeaux. Un mandataire ad hoc a été nommé, il sera chargé d’assister le FC Girondins de Bordeaux dans sa recherche d’une solution durable », précise le communiqué.

300 salariés

Bruno Fievet, qui avait déjà manifesté son intérêt pour le club, a d’ores et déjà annoncé qu’il était candidat à la reprise. Pascal Rigo, qui avait également témoigné un intérêt, pourrait également revenir à la charge. Mais pour les supporters comme pour les 300 salariés, la nouvelle est difficile à encaisser. Au château du Haillan, qui héberge le siège social du FCGB, l’ambiance était déjà sombre après un plan de départs volontaires qui avait concerné 26 personnes. Pour rassurer ses équipes, le président Frédéric Longuépée leur a adressé un message dans lequel il annonce que « la vie du club se poursuivra et les salaires seront versés. Je suis bien conscient des inquiétudes que cette situation va inévitablement créer. Soyez certains que l’équipe de direction est entièrement mobilisée à mes côtés pour sortir le club de ses difficultés et assurer son avenir. Je ne doute pas que cette mobilisation sera aussi celle de chacune et chacun d’entre vous ».

Le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, a également réagit à cette nouvelle par communiqué : « Ce n'est malheureusement pas une grande surprise pour moi. Le plan de reprise du club, contre lequel j'avais voté en 2018, ne paraissait pas, dès le début, en mesure d'assurer sa pérennité. Cela paraît chose confirmée aujourd'hui. Une page va devoir être tournée. Tout devra être fait pour mettre en place une solution assurant la pérennité de ce club. Tous ses soutiens, partenaires et supporters devront se montrer solidaires et vigilants pour que la belle aventure sportive des Girondins de Bordeaux, engagée il y a 140 ans, se poursuive ».

Sur le même sujet