Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Les coworkings bordelais s’unissent autour d’une journée découverte offerte

Engagement
mardi 30 mars 2021

Zoé Colombié et Alexandra Patat de Mama Works, Laure Rambaud Grimaldi de Mota Coworking - photo AL

Douze opérateurs d’espaces de coworking bordelais s’unissent pour offrir une journée découverte aux professionnels confrontés aux limites du télétravail, qu’ils soient indépendants ou salariés. Une démarche solidaire, qui vise également à mieux faire connaître la proposition de valeur des tiers-lieux face au classique duo domicile-travail, en écho à la proposition de loi formulée par le Sénat début février.

Les tiers-lieux bordelais emboîtent le pas à leurs homologues de Lille, Lyon ou Issy, avec la mise en place prochaine d’une journée découverte adressée à tous les professionnels ou étudiants qui souhaiteraient découvrir les joies du coworking. Offerte - sur réservation - chez l’un des opérateurs signataires de la démarche, elle permettra de profiter gratuitement d’un poste de travail connecté à Internet et des différents services proposés par l’espace de coworking ou le centre d’affaires sélectionné.

« Tous les jours, on a des clients qui nous disent que ça leur fait du bien de sortir de chez eux et d’aller travailler dans un cadre dédié où l’on peut rompre la solitude. C’est motivant ! », résume Zoé Colombié, responsable des ventes et de l’animation au Mama Works de Bordeaux et instigatrice de la démarche. « Beaucoup de gens ignorent encore l’existence du coworking, ou n’osent pas franchir la porte. L’idée de cette démarche, c’est simplement de leur montrer qu’il existe une alternative au travail à domicile, même quand il n’est pas possible d’aller au bureau », abonde Laure Rambaud Grimaldi, gérante des deux espaces Mota Coworking bordelais.

Cette opération découverte partagée sera lancée officiellement le 12 avril, sauf dégradation majeure de la situation sanitaire, et courra jusqu’au 31 août prochain. Ouverte à tous les acteurs du coworking désireux de s’associer à la démarche, elle fédère pour l’instant 12 opérateurs (*) représentant une vingtaine d’espaces à l’échelle de la métropole bordelaise, qui souhaitent obtenir le relais et l’appui d’acteurs publics comme la mairie de Bordeaux ou la CCI afin de porter plus largement leur message.

Une proposition de loi au Sénat

Le lancement de cette opération intervient quelques semaines après la publication d’un manifeste cosigné par quatre espaces de coworking indépendants bordelais, qui appelaient à une meilleure prise en compte des bénéfices des tiers-lieux dans les politiques publiques. Début février, un groupe de sénateurs s’est saisi de la question. Il a formulé une proposition de loi visant à renforcer l’attrait des tiers-lieux face au travail à domicile, en partant du principe que tous les professionnels n’étaient pas égaux face au télétravail. Entre autres mesures, le texte suggère une réduction d’impôts équivalent à 50% des dépenses engagées pour la location de « bureaux de proximité ». Il évoque également la création d’un « titre-bureau », conçu sur le modèle du titre-restaurant, permettant la prise en charge, partielle ou totale, des frais d’accès à un tiers-lieu.

Une proposition largement appuyée par les espaces partagés bordelais. « On a par exemple parmi nos clients des châteaux qui louent des postes quelques jours par semaine pour éviter à leurs collaborateurs de faire le trajet quotidien. C’est à la fois un enjeu de confort pour le travailleur, un enjeu écologique, et un facteur d’attractivité pour les entreprises », illustre Zoé Colombié.

* Les opérateurs partenaires, au 30 mars, sont : Darwin, Héméra, HQ Ravezies, La Girafe, La Ruche, Mama Works, Mota Coworking, Oasis Coworking, Regus, Seven 7th coworking, Spaces Euratlantique, SugAr free, Startway, W'In et Wellio.

Sur le même sujet