Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Le télétravail fait des adeptes en Gironde

Écosystème
lundi 11 janvier 2021

Une étude commanditée par l’agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine (a’urba) révèle que 28% des actifs girondins ont télétravaillé pendant le premier confinement, contre 41% au niveau national. Plus de la moitié d’entre eux souhaite pouvoir télétravailler d’avantage à l’avenir.

Conseillé, voire imposé, pendant les périodes de confinement liées à la crise sanitaire, le télétravail va-t-il s’imposer comme une pratique durable ? Une étude réalisée par l’institut 6t pour le compte de l’agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine (a’urba) entre mars et avril 2020 révèle que 28% des actifs girondins ont télétravaillé pendant le premier confinement, alors le taux de télétravail a atteint 41% à l’échelle nationale. « Cette moyenne nationale est fortement tirée par la métropole francilienne, mais dans les aires urbaines de plus de 100 000 habitants hors Paris, le nombre de télétravailleurs reste aussi largement supérieur à celui observé en Gironde », remarque l’agence Bordeaux Aquitaine.

Si la pratique se répartit de façon plutôt homogène sur l’ensemble du département (33% d’actifs en télétravail à Bordeaux), elle se révèle plus fréquente chez les cadres et professions intellectuelles supérieures (42%), avec une forte représentation dans les entreprises de plus de 50 salariés. 90% de ce télétravail se fait à domicile. 

Plus d'un télétravailleur sur deux souhaite télétravailler davantage

54% des actifs concernés par le sujet souhaitent télétravailler davantage à l’avenir. Le taux monte à 60% chez ceux qui ont télétravaillé pour la première fois à l’occasion de la crise sanitaire. L’appétit pour le télétravail varie toutefois dans des proportions importantes entre la métropole bordelaise - censée représenter la première ville où les Français aimeraient travailler - et le reste du département. « Les télétravailleurs résidant à Bordeaux sont bien moins nombreux à̀ vouloir télétravailler plus souvent (29 %), alors que ceux résidant dans l’ensemble des trois EPCI enquêtés (Communauté d’agglomération du Libournais, Communauté d’agglomération du Bassin d’Arcachon Nord, Communauté d’agglomération Bassin d’Arcachon Sud) le souhaitent à une large majorité (76 %) », fait remarquer l’agence a’urba.

Les motivations principales des girondins sont la perspective de travailler dans un environnement calme (pour 74% des répondants) et bénéficier d’horaires plus souples (47%). La question des transports n’arrive qu’au second plan : 17% des télétravailleurs indiquent le faire pour économiser du temps de transport, tandis que 11% en appellent à des fins écologiques. A l’échelle nationale, le souhait d’économiser du temps de transport est cité par près d’un télétravailleur sur deux (49 %).