Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

La Nouvelle-Aquitaine va injecter 140 millions d'euros dans l'économie régionale

Écosystème
lundi 14 septembre 2020

Alain Rousset a tenu sa conférence de presse de rentrée - Photo MB

La Nouvelle-Aquitaine va lancer un plan « de reconquête et de transition » dès octobre. 140 millions d’euros seront alloués à l’économie régionale, pour permettre aux secteurs en difficulté de se relever. Alain Rousset, président de la Région, a également fait le point sur les enjeux économiques.

Le président de la Région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset vient d’annoncer la tenue d’une séance plénière le 5 octobre, durant laquelle les élus voteront un nouveau plan de soutien à l’économie régionale. Ce plan dit « de reconquête et de transition » s’élève à 140 millions d’euros pour la période d’octobre à décembre 2020, en complément des différentes aides déjà mises en place.

Alain Rousset est revenu sur le plan France Relance, annoncé par le gouvernement le 3 septembre. « Nous, Régions, entreprises, nous questionnons sur ces annonces. Quel sera le ruissellement de ce plan ? Dans quelles mesures les Régions y seront associées ? » Préoccupé par l’emploi et le redémarrage économique, il rappelle qu’entre décembre 2019 et juillet 2020, une hausse de 16,8% du nombre de chômeurs de catégorie A a été enregistrée dans la Région. 

Relocaliser des filières

« L’économie doit repartir, mais pas de la même manière qu’hier. Il doit y avoir une transition écologique, technologique et territoriale. » Surtout, le président de la Région insiste sur le besoin de retrouver une souveraineté dans plusieurs domaines. « Nous avons tout lâché en faisant confiance à de grands groupes, et nous avons perdu les chaînes d’approvisionnement et de valeurs, dispersées à travers le monde. » Alain Rousset cite en exemple deux filières : « Aujourd’hui, les médicaments que nous inventons sont fabriqués aux Etats-Unis ou en Asie. Et nos méthaniseurs, d’où viennent-ils ? D’Allemagne, de pays nordiques ou du Japon. Il faut changer la donne. »

Craignant un décrochage technologique en France, Alain Rousset se dit prêt à aller jusqu’à la création de plateaux technologiques ou de micro-usines financés par la Nouvelle-Aquitaine pour reconquérir les secteurs. « La Région ne s’occupe pas de tout, mais essaye de s’occuper au mieux de ce qu’elle peut. » Dès l’année prochaine entre 14 et 20% du budget seront consacré au développement économique et à la formation.

Accélérer la transition écologique

Depuis l’annonce du plan de relance gouvernemental, l’hydrogène est au cœur des discussions. « C’est l’avenir », affirme Alain Rousset. Mais comment en produire du vert, quand à l’heure actuelle 98% de la production proviennent d’énergies fossiles ? « La France vient d’annoncer mettre 2 milliards d’euros dans la filière de l’hydrogène, reprend le président de la Région. En Allemagne, cela fait plusieurs années que le budget avoisine les 9 milliards d’euros. » Une feuille de route régionale « 2020-2030 » est en cours de réalisation.

Les énergies renouvelables ne sont pas été oubliées, avec la volonté de créer une usine de fabrication de panneaux photovoltaïques avec « de gros volumes de production » (de 1 à 5 GW par an). A long terme (2025-2030), Alain Rousset souhaite déployer en Nouvelle-Aquitaine une unité de collecte, traitement, recyclage et valorisation des panneaux photovoltaïques en fin de vie.

« Ce modèle centralisé est humiliant »

Revenant sur le volet sanitaire « la Région n’est pas à la manœuvre, c’est de la responsabilité de l’Etat », rappelle Alain Rousset. Ce dernier fustige le modèle centralisé de l’Hexagone, qu'il juge humiliant pour les Régions. « Nous restons en France dans un modèle colonial en la matière. A mon sens, les domaines de la santé et de l’éducation devraient être décentralisés. »

Un appel à manifestation d’intérêt (AMI) avait été lancé au printemps dernier pour soutenir la recherche et l’innovation face au Covid-19. 5 millions d’euros sont engagés, et 50 lauréats régionaux ont été retenus pour bénéficier d’une enveloppe financière.