Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Immobilier : Indricks lance sa marque blanche pour atteindre l'équilibre en 2021

Bordeaux Technowest
mardi 06 avril 2021

Sophie Lamarque et Anthony Matarazzo, cofondateurs de la startup - Photo Indricks

La startup Indricks propose une plateforme B2B pour l’offre immobilière neuve. V3, marque-blanche, appels à projets… Elle se développe encore pour atteindre les 400 clients cette année, et terminer avec un résultat à l’équilibre.

A Saint-Médard-en-Jalles dans les bureaux de Copernic, site de Bordeaux Technowest, évolue la startup Indricks. Depuis cinq ans ses cofondateurs, Sophie Lamarque et Anthony Matarazzo, proposent aux professionnels de l’immobilier une plateforme regroupant toute l’offre neuve de France. « Au départ nous avons constaté les carences du marché, se remémore Sophie Lamarque. En fait les agences immobilières n’ont pas accès à la totalité de l’immobilier neuf car souvent, les promoteurs effectuent leurs ventes en interne via des commerciaux, ou font appel à des conseillers en gestion de patrimoine. Donc nous avons décidé de centraliser l’offre sur une seule et même plateforme pour la rendre accessible à tous les professionnels du secteur. » 

104 promoteurs immobiliers travaillent actuellement avec la startup. Indricks, via ses algorithmes, vient récupérer en temps réel les données liées aux offres de logement neuf pour les ajouter automatiquement sur sa plateforme. « Cela nous permet de centraliser une très grande partie du parc immobilier neuf français, reprend Sophie Lamarque. Et de proposer une photo extrêmement fiable de l’état du marché à nos clients. »

Transformation du modèle économique

Plus de 20.000 lots sont aujourd’hui disponibles via Indricks. Chacun d’entre eux s’accompagne de plans, de documents juridiques et commerciaux, et de tous les outils nécessaires pour conclure et faciliter la vente. « C’est cela qui fait notre force et notre différence, explique la cofondatrice. Nous proposons un CRM (gestion de la relation client) complet pour nos clients, qu’ils puissent centraliser leur activité. »

Aujourd’hui Indricks revendique une centaine de clients qualifiés. « Les agences immobilières souscrivent un abonnement chez nous. Les promoteurs ne déboursent rien pour être référencés sur la plateforme, et rémunèrent seulement les agences lorsque la vente d’un lot est effectuée. Comme ils auraient fait sans passer par chez nous. » Ce modèle économique est assez récent et date de l’année dernière, car avant cela Indricks se rémunérait en prenant une commission sur chaque vente. Selon Sophie Lamarque la R&D constante a aujourd’hui permis de réduire les coûts humains et matériels, et ainsi de supprimer cette commission. 

V3, marque blanche…

Ce mardi 6 avril, la startup vient de lancer la version 3 de sa plateforme. Plusieurs nouveautés ont été ajoutées comme un simulateur financier, validé par des courtiers, ainsi que d’autres outils de pilotage. De quoi fédérer de nouveaux clients pour espérer atteindre un peu plus la rentabilité. « Nous comptons 9 salariés dont 7 CDI. En 2020 notre chiffre d’affaires était de 180.000 euros pour 15 ventes, et nous visons les 400.000 euros cette année pour être à l’équilibre. » Actuellement la jeune pousse compte une centaine de clients qualifiés, et espère doubler voire quadrupler ce nombre d’ici à l’été 2021.

Autre levier de croissance, Indricks développe à présent sa plateforme en marque-blanche pour ses clients, agences immobilières et conseillers de gestion en patrimoine. « C’est une brique très importante de notre développement, se réjouit la cofondatrice. Il s’agit d’un achat unique et non plus d’un abonnement. Nous visons entre 10 et 15 clients cette année, qui viendraient renforcer notre activité. »

… Et un appel à projet remporté

La startup a récemment été sélectionnée dans le cadre de l’appel à projets Aire 2, lancé par Bordeaux Métropole. Elle intervient auprès du promoteur immobilier LinkCity, lauréat de l’AAP, qui construira dans les prochaines années un nouveau bâtiment contenant des bureaux. Dès l’année prochaine Indricks prendra en charge la vente sur plan des locaux grâce à sa plateforme. « C’est une grande fierté pour nous car notre technologie est aboutie concernant les résidences. Elle peut se dupliquer au domaine du tertiaire, ce sera une sorte de test grandeur nature. » Pour autant Sophie Lamarque et Anthony Matarazzo restent focalisés sur leur activité principale, et n'envisagent pour l'instant pas d'élargir leur plateforme au tertiaire de façon pérenne. 

Indricks
Basée à Saint-Médard-en-Jalles chez Bordeaux Technowest
9 salariés
CA 2020 : 180.000€
www.indricks.com

Rubrique sponsorisée par :

Sur le même sujet