Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Gloo, l’application qui voulait favoriser les sorties entre amis

Demain
mardi 16 mars 2021

Aidan O'Brien, confondateur de gloo - photo AL

Développée à Bordeaux depuis quatre ans, l’application mobile gloo ambitionne de proposer un moyen simple et ludique d’organiser des sorties spontanées. Loin de baisser les bras face à la crise sanitaire, l’équipe qui la développe a mis à profit le confinement pour préparer ses prochaines évolutions et affiner son modèle économique.

La proposition de valeur de gloo n’aura probablement jamais été aussi parlante qu’en ces temps de confinement, marqués par le déclin des interactions sociales « in real life » au profit des apéros à distance et de la visioconférence. Elaborée à Bordeaux depuis 2017, cette application mobile gratuite invite ses utilisateurs à renseigner le cercle de leurs amis proches pour ensuite leur proposer de façon spontanée des occasions de sortie - un verre, un repas au restaurant, et bientôt des activités de loisirs. Elle exploite la géolocalisation et les goûts renseignés par chacun pour suggérer deux lieux adéquats, et saupoudre le tout de mécaniques inspirées de la gamification pour faciliter et encourager l’organisation de nouvelles sorties.

Lutter contre le "dilemme social"

« Notre objectif est vraiment de lutter contre le dilemme social », explique Aidan O’Brien, PDG et cofondateur de gloo, en référence au fameux documentaire de Netflix illustrant la façon dont les grands réseaux sociaux entretiennent notre dépendance quotidienne. « Facebook cherche à vous faire passer le plus de temps possible à l’intérieur de ses applications pour vous afficher un maximum de publicités. Nous voulons au contraire que vous passiez le moins de temps possible dans gloo. Vous partagez votre envie de sortie avec quatre ou cinq copains, et on s’occupe de tout le reste », résume l’entrepreneur d’origine britannique, venu à la création d’entreprises après plus de vingt ans de carrière à l’international dans le conseil et l’informatique.

Lancée début 2020, la V2 de l’application gloo s’est heurtée au mur du confinement, mais l’été a permis à la startup d’amorcer sa logique d’acquisition avec une première salve d’environ 10.000 utilisateurs. Le reste de l’année a été mis à profit pour résorber la dette technique, retravailler l’interface utilisateur pour tenir compte des premiers retours et fluidifier encore l’expérience. La V3 de gloo, prévue dans les prochaines semaines, ajoutera la dimension loisirs aux propositions de sorties gérées par l’application, ce qui devrait lui permettre de renouer avec son public même si les bars et les restaurants ne réouvrent pas dans l’immédiat.


Un double modèle économique, B2C et B2B

La startup, financée jusqu’ici grâce à deux levées de fonds pour un amorçage total de 1,1 million d’euros, prépare en parallèle ce qui constituera les bases de son modèle économique. Sur le volet B2B, gloo souhaite proposer aux restaurants, bars et lieux de vie des outils de marketing direct capitalisant sur la dimension spontanée des événements créés par les utilisateurs. En parallèle, la société prépare une brique de paiement pour faciliter la gestion du règlement de l’addition entre amis avec, là aussi, une couche de gamification, encore confidentielle mais inédite sur le marché, grâce à laquelle gloo compte bien faire la différence face au duo formé par Lydia et Tricount. À plus long terme, la startup envisage d’ajouter une dimension voyage à ses activités, avec toujours cette idée de simplifier l’organisation des modalités pratiques à la façon d’un concierge.

« On n’a jamais eu autant besoin et envie de se réunir, et le moment est idéal pour transformer la façon dont on déclenche ces interactions, puisque le Covid a cassé les codes traditionnels », s’enthousiasme Aidan O’Brien. Intarissable quand il s’agit d’évoquer l’économie des plateformes, l’entrepreneur est également passionné de neurosciences. Sous son impulsion, gloo a d’ailleurs initié un partenariat de recherche fondamentale avec l’Inria visant à étudier les mécaniques d’influence à l’intérieur d’un groupe d’amis.

Gloo
8 cours de Luze à Bordeaux
 7 collaborateurs
CA : n.c.