Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Girondins de Bordeaux : la FFF repêche le club en Ligue 2

Stratégie
mercredi 27 juillet 2022

Les Girondins de Bordeaux évolueront en Ligue 2 BKT à compter du 30 juillet, avec un budget sous surveillance renforcée - crédit FCGB

Le comité exécutif de la Fédération française de football s’est finalement rangée mercredi aux conclusions formulées deux jours plus tôt par le CNOSF. Il a acté le maintien, ou plutôt le retour, des Girondins de Bordeaux en Ligue 2, compte tenu des nouveaux éléments financiers apportés par le club et son propriétaire, qui espèrent désormais remonter en Ligue 1 le plus rapidement possible.

Considérée il y a quelques semaines comme une catastrophe, la relégation en Ligue 2 fait désormais figure d’aubaine pour le Football Club des Girondins de Bordeaux. Deux jours après l’avis favorable rendu par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) a lui aussi décidé de tenir compte des améliorations apportées au dossier financier du club, et prononcé son maintien en Ligue 2. Le FCGB pourra donc jouer la saison 2022 – 2023 en tant que club professionnel. Son budget fera toutefois l’objet d’un « contrôle financier renforcé et régulier » par la DNCG, indique la FFF. 

« Nous saluons cette décision qui est un immense soulagement pour le club, nos joueurs et joueuses, ainsi que pour nos 300 salariés, partenaires et supporters qui ont continué à croire en notre projet et notre détermination à le défendre. Nous nous sommes battus avec l’ensemble des amis et soutiens du club pour un projet sportif et économique qui permet au FCGB d’écrire une nouvelle page de son histoire sur des bases saines. Notre objectif est désormais clair : remonter le plus rapidement possible en Ligue 1. Allez Bordeaux ! », se réjouit Thomas Jacquemier, directeur général délégué du club.

Une décision également saluée par Bordeaux Métropole, qui a récemment pris la décision de renoncer à 5 millions d’euros de loyers pour aider le club à alléger son budget prévisionnel. « C’est le terme heureux d’un marathon extra sportif compliqué et éprouvant mais qui, in fine, abouti à une restructuration et un assainissement financier du club qui doit lui permettre de se projeter enfin sereinement vers l’avenir et se concentrer sur les enjeux sportifs trop souvent occultés, en tournant définitivement la page, nous le souhaitons, de la période GACP », commente la Métropole.