Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Gironde : le logement neuf en berne

Écosystème
jeudi 25 novembre 2021

Photo d'illustration. Crédits : adobe Stock Marcociannarel

En Gironde, le marché du logement collectif neuf est à l’image de la saison : gris et morose. C’est ce qui ressort de la table ronde organisée par l’Observatoire Immobilier du Sud-Ouest (OISO), ce jeudi matin. Avec des ventes et des commercialisations en chute libre ces trois derniers trimestres, le territoire peine à retrouver son dynamisme d’avant-Covid.

Alors que certaines villes comme Lyon, Nice et Montpellier affichent une santé de fer en termes de « collectif neuf », la Gironde semble en longue convalescence, avec une baisse significative des mises en vente (- 40% par rapport à 2019) et du nombre de réservations. Sur ce marché plutôt moribond, le stock de logements neufs s’amplifie, passant de 6 à 13 mois. D’une façon générale, l'offre de logements neufs s’écoule rapidement sur le secteur nord-médocain et sur le nord des Landes. Moins sur le Bassin d’Arcachon, avec une raréfaction de l’offre et une augmentation de prix qui freinent le marché. Quant aux ventes, elles se concentrent majoritairement sur Bordeaux Métropole et le littoral médocain. Si le Bassin faisait jusqu’à présent les beaux jours des investisseurs, on note aujourd’hui un retrait significatif de cette cible. Une tendance à pondérer toutefois, puisqu’au regard du territoire girondin, la quote-part investisseurs tend à se lisser pour atteindre l’équilibre.

1.991 logements vendus

Effet domino, Bordeaux Métropole n’échappe pas à cette tendance baissière. « L’année 2020 a été marquée par un ralentissement des ventes, dû au début de la crise sanitaire et aux confinements successifs, rappelle Christophe Duportal président de l’OISO. On a pu observer un léger soubresaut au premier trimestre 2021, mais ce rebond n’a pas duré. A date, nous sommes à 1.991 logements vendus et on peut estimer atteindre les 2.650 logements en fin d’année. Loin donc, des 4.400 logements de 2019. »

Villenave : la vente en poupe

Sans surprise, les ventes se concentrent sur Bordeaux (Rive Gauche/ Rive Droite) et Villenave d'Ornon, qui renforce sa quote-part sur le territoire métropolitain. « Avec 30 opérations en 2021 (vs 2020), Villenave d’Ornon fait figure de locomotive sur les secteurs aménagés. Un dynamisme qui s’opère au détriment de Mérignac, jadis en tête. ». En synthèse, le marché du logement neuf semble bicéphale avec 2 zones, Bordeaux centre et Villenave d’Ornon, qui concentrent à elles deux, 47% de la production. Dernier point, les prix : on note une augmentation significative des prix en accession libre (+6%) sur les petites typologies (181.000 euros pour un T1, 220.000 euros pour un T2). Le classique T3, lui, n’a augmenté que de 2% , pour atteindre un prix moyen de 300.000 euros.

Sur le même sujet