Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

France Relance : 2,75 milliards d'euros alloués en Nouvelle-Aquitaine

Écosystème
vendredi 17 septembre 2021

Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine, a présenté le bilan de France Relance. Crédits : MB

Un an après son lancement, où en est le plan France Relance en Nouvelle-Aquitaine ?

C’est au sein de la direction interrégionale des douanes de Bordeaux que la Préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, a fait sa rentrée. Le bâtiment, situé à côté de la place de la Bourse, bénéficie du plan France Relance qui soutient, à hauteur de 5 millions d’euros, plusieurs travaux de réhabilitation. Car c’était bien là l’objectif de cette conférence : présenter un bilan du plan déployé par le gouvernement, sous le prisme néoaquitain. Trois volets composent ce plan d’envergure chiffré à 100 milliards d’euros, et lancé en septembre 2020 par l’Etat. La transition écologique, la compétitivité et la cohésion.

Un an après son déploiement, quelles sont les retombées dans la Région ? Selon Fabienne Buccio, au 31 juillet dernier, la Nouvelle-Aquitaine bénéficiait de 2,75 milliards d’euros d’investissements, pour lui permettre de « maintenir son dynamisme ».

La compétitivité largement soutenue

En un an ce sont 924 millions d’euros qui ont été débloqués et investis par l’Etat pour soutenir la compétitivité des entreprises néoaquitaines. Pour « favoriser le développement d’activités économiques à forte valeur ajoutée, et pour créer des emplois », précise la préfète. 59 millions d’euros ont servi au soutien de « l’industrie du futur », ou encore 41,4 millions d’euros pour soutenir les secteurs critiques. Concernant le numérique, 5 millions d’euros ont été mobilisés sur un total de 10 168 chèques « France Numérique » (toujours au 31 juillet dernier). En Gironde, ce sont 30 entreprises qui ont bénéficié de 19 millions d’euros d’aiddes. Comme Merck, à Martillac, pour ses activités de développement de protéines thérapeutiques, ou encore Cacolac, à Léognan, pour un outil de remplissage de canettes en aluminium multi formats.

La baisse des impôts de production, elle, se traduit par 690 millions d’euros économisés par les 56 000 entreprises néoaquitaines bénéficiaires (19 000 en Gironde, pour 219 millions d’euros). Cette diminution se traduit par la réduction de 50 % de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), par la réduction de 50 % de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) ; et par l’abaissement de 2 à 3 % du taux de plafonnement de la cotisation économique territoriale (CET) en fonction de la valeur ajoutée.

Un volet écologique

770 millions d’euros ont été déployés en Nouvelle-Aquitaine pour « accompagner les investissements contribuant à forger une croissance durable ». La rénovation énergétique des logements privés, baptisée MaPrimeRenov, a représenté 126 millions d’euros d’aides, pour 44 335 ménages concernés (en Gironde, 5 866 particulier pour réaliser 74 millions d’euros de travaux). Les bâtiments publics, eux, sont au nombre de 309 à avoir bénéficié d’une aide. En Gironde, le Castel d’Andorte (Le Bouscat) a par exemple reçu 1,2 million d’euros pour sa réhabilitation énergétique, mais aussi la gendarmerie de Targon ou la sous-préfecture de Lesparre-Médoc. « Ce sont des projets très concrets », a défendu Fabienne Buccio. 73 millions d’euros sont ainsi dédiés à la modernisation du réseau ferroviaire régional, notamment pour des travaux d’accessibilité de la gare Saint-Jean à Bordeaux (4,7 millions d’euros).

Au chapitre de « l’économie verte et circulaire », l’aéronautique et l’automobile ont bénéficié d’un plan de soutien s’élevant à 28 millions d’euros, et 6,6 millions d’euros ont été alloués pour la décarbonation de l’industrie. A ce titre, la société landaise Gascogne Papier a été soutenue pour la réduction de sa consommation énergétique et de son process industriel.

La cohésion, gagnante de France Relance

Le volet social du plan de l’Etat a reçu, au 31 juillet dernier, l’aide la plus importante : 1 milliard d’euros. Le plan « 1 jeune 1 solution » a touché plus de 100 000 néoaquitains, avec 53 000 contrats d’apprentissage et 5000 aides aux contrats de professionnalisation. En Gironde, ils sont 30 000 à avoir bénéficié de ce plan. Du côté du soutien aux collectivités locales, 14 millions d’euros ont été alloués pour la création d’un nouveau lycée à Créon. Enfin, 44 millions d’euros de crédits sont prévus pour le réseau routier national, dont 8,5 millions d’euros pour la rocade bordelaise.