Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Eveho veut lever 2M€ pour digitaliser la distribution automobile

Stratégie
mercredi 23 février 2022

Armand Faure, cofondateur de la startup. Crédits : Eveho

Eveho développe des sites internet destinés aux acteurs de la distribution automobile, pour faciliter leur digitalisation. La startup ambitionne de lever 2 millions d’euros cette année, pour se déployer dès 2023 sur le marché européen.

Après plusieurs années dans le secteur automobile, durant lesquelles il a constaté des difficultés liées à la transformation numérique, Armand Faure a imaginé une solution capable de répondre à ces problématiques. Avec deux associés, Alban Combaud et Nathan Guigui, ils ont lancé en 2019 Eveho. Un logiciel SaaS à destination de la distribution automobile, capable de centraliser tous les besoins des professionnels. En clair, une entité qui facilite les échanges entre les concessionnaires et les acheteurs. « Il y a eu plusieurs mois de R&D, puis nous nous sommes lancés en septembre 2020, présente Armand Faure. On a signé avec un distributeur du Top 5 français pour les véhicules d’occasion, puis nous avons décidé de geler notre communication pour consolider notre business modèle, notre solution, en travaillant avec ce grand compte. »

Un an après, en septembre dernier, Eveho a réactivé sa cellule de communication pour, cette fois, vraiment se lancer. Et depuis peu la startup est accompagnée par Unitec, pour boucler une première levée de fonds en 2022. 

Un modèle économique multiple

En clair, Eveho propose à ses clients d’héberger leur offre sur un site internet clef en main, floqué au design de la jeune pousse. Il est ensuite possible d’enrichir l’expérience utilisateur via des options. Autre levier, un commissionnement pour chaque véhicule vendu sur un site internet qu’elle a produit. Il s’élève à 3% pour une transaction BtoC, et à 1,5% pour du BtoB. « Mais uniquement sur l’encaissement réalisé en ligne, et non sur le paiement total dont une partie peut s’effectuer directement entre le professionnel et le client, précise Armand Faure. Nous n’avons pas vocation à prélever 3% sur la vente complète, car ce serait un frein à notre conquête du marché, les professionnels ne seraient pas prêts à payer cela. » Enfin, dernière brique de son modèle économique, la production de sites internet entièrement personnalisés et en marque blanche, notamment pour les clients devant respecter une image de marque.

Un pari gagnant pour le cofondateur de la startup, car selon lui, « des entités majeures qui auraient la capacité de dépenser des milliers d’euros pour leur digitalisation ont la nécessité d’aller vite, ce que notre ingénierie permet de faire. Pour eux, l’externalisation de leur IT [NDLR, technologies de l’information] est une simplification très importante ». En six mois, Eveho a conquis une cinquantaine d’établissements français, et presque 4.000 utilisateurs. Résultat : l’entreprise va terminer son premier exercice avec un chiffre d’affaires de 72.000 euros, et déjà 30.000 réalisés en janvier dernier. « Nos clients ont tous signé pour un engagement de 36 mois, donc on a un revenu récurrent qui progresse énormément », précise Armand Faure.

Attaquer le marché européen dès 2023

Cette amorce de succès a convaincu les trois fondateurs de se lancer dans une première levée de fonds, avoisinant les deux millions d’euros. Un constructeur automobile semble d'ores et déjà intéressé, et des discussions sont en cours. « Le plus tôt sera le mieux pour ce tour de table, plaisante notre interlocuteur. Nous avons deux sujets majeurs aujourd’hui, la R&D et la relation client. Ces deux volets ont un coût et seront notre cœur de dépense. » Plusieurs nouveautés seront ainsi déployées dès le mois de juin prochain, comme la possibilité de réserver un essai en ligne. Un moyen de conversion pour Eveho, et « qui a du sens » pour son cofondateur. « Parfois, on ne s’intéresse pas aux distributeurs situés à côté de chez nous, on regarde uniquement en ligne. Nous voulons revenir à cette localité. »

Une fois la levée de fonds terminée, Eveho recrutera également entre cinq et dix personnes. Pour, d’ici l’année prochaine, attaquer le marché européen. « Au départ je pensais qu’on irait à l’Europe dans les trois prochaines années mais ce serait une hérésie. Si on veut devenir un vrai acteur du secteur, on se doit de s’installer rapidement dans plusieurs pays européens. Le levier technologique n’est pas énorme, notre solution est adaptée et il suffit de brancher nos sites internet dans les autres pays », conclut Armand Faure.

Eveho
Basée à Bordeaux
7 salariés
CA 2021 : 72.000€

Sur le même sujet