Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

En 2022, une nouvelle école d'ingénieurs ouvre à Bordeaux

Stratégie
mercredi 01 décembre 2021

L'école ouvrira d'abord la 3e année de sa filière aéronautique. Photo d'illustration. Crédits : Adobe Stock : PocoBw

L’ESTACA, qui forme des ingénieurs aux techniques aéronautiques et automobiles, s’implantera à Bordeaux à la rentrée prochaine.

C’est une nouvelle école d’ingénieurs qui posera ses valises à Bordeaux, en septembre 2022. L’ESTACA, école supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile, vient d’annoncer l’ouverture progressive de sa formation, après un avis favorable de la CTI. La commission des titres d’ingénieur, organisme indépendant chargé d’évaluer toutes les formations d’ingénieur vient d’accréditer l’école bordelaise pour son diplôme proposé. « Cette habilitation […] ouvre la voie au développement de l’école dans une nouvelle région, au plus proche de nos partenaires industriels », explique dans un communiqué Jean-Michel Durepaire, directeur général de l’ESTACA. Fondée en 1925, la structure compte aujourd’hui deux sites, à Saint-Quentin-en-Yvelines et à Laval, pour plus de 2.000 étudiants.

Une montée en puissance progressive

L’arrivée de l’ESTACA avait été annoncée en 2019 au salon du Bourget, par le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. Trois ans plus tard, à la rentrée prochaine, l’école posera provisoirement ses valises dans les locaux de l’ENSAM (École nationale des Arts et Métiers), sur le campus de Bordeaux-Talence. En parallèle elle lancera la construction de son bâtiment définitif, réalisé sous maîtrise d’ouvrage publique par la Région et qui devrait accueillir les étudiants à horizon 2025.

D’ici là, l’école d’ingénieurs compte recruter 75 étudiants pour septembre prochain, en 3e année de sa filière aéronautique. Ces élèves seront issus du cycle préparatoire intégré de l’ESTACA, des classes préparatoires aux grandes écoles, de licences scientifiques ou de DUT. En 2024 et 2025, la 4e puis 5e année seront respectivement ouvertes, pour atteindre 200 étudiants d’ici trois ans. Une fois le campus définitif mis en service, la structure déclinera sa formation sur cinq ans, et ouvrira ses différentes filières transport. « Troisième région de France dans le secteur aéronautique et spatial, la Nouvelle-Aquitaine cumule près de 16% de l’activité nationale et rassemble de nombreux industriels partenaires de l’ESTACA », précise le communiqué. L’école est par ailleurs membre fondateur du futur Ferrocampus de Saintes, porté par la Région pour « inventer le train de demain ».

Sur le même sujet