Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Digital : Une startup dématérialise la procédure de divorce

Stratégie
mercredi 21 avril 2021

Clara Deleuze et Sébastien Donnadieu, cofondateur de la plateforme - Crédits : on-divorce.fr

Le site on-divorce.fr propose de digitaliser et faciliter les démarches de divorce à Bordeaux et Paris. Pour l’instant réservée aux procédures à l’amiable, la plateforme lancera sa deuxième version en juin prochain et s’ouvrira aux contentieux. Objectif : 1.000 clients d’ici la fin de l’année, et une possible levée de fonds.

En février dernier, Sébastien Donnadieu et Clara Deleuze ont lancé la plateforme on-divorce.fr. La promesse des deux fondateurs est de faciliter la procédure de divorce en la dématérialisant, tout en permettant au client de suivre l’avancée du dossier en temps réel. D’abord déployée à Paris et à Bordeaux, siège social de la startup, la solution sera disponible à Marseille dès lundi prochain, puis dans une quinzaine de villes françaises d’ici quelques semaines.

« En développant les services nous avions deux exigences, développe Sébastien Donnadieu. D’abord, proposer une transparence sur les tarifs pratiqués par les avocats, ensuite pouvoir aider nos clients dans le choix de l’avocat et dans la gestion des dossiers. Les divorces sont des procédures longues avec une grande partie administrative, et jusqu’à maintenant rien n’était digitalisé. Il était impossible d’avoir un suivi, sauf en appelant l’avocat. »

Dématérialiser pour mieux s'y retrouver

Pour l’instant, seuls les divorces par consentement mutuel sont pris en charge sur la plateforme. Lorsqu’un usager se rend sur le site internet, il doit dans un premier temps choisir l’avocat avec lequel il souhaite échanger. « Chaque professionnel se présente via une petite vidéo, pour que les clients puissent le découvrir, voir si le feeling passe, explique le cofondateur. Ensuite il bénéficie d’un espace personnel dans lequel il renseigne diverses informations, de l’adresse de résidence aux options souhaitées : la pension alimentaire, son montant, la fréquence des gardes pour les enfants… » Les demandes sont ensuite transmises au professionnel ainsi qu’au conjoint et à son avocat.

Une application est également téléchargeable, pour permettre aux clients de suivre en temps réel l’avancée du dossier. « Nous proposons un nouveau service qui n’existait pas avant. Je pense que notre valeur ajoutée, c’est vraiment cette fluidité. Aujourd’hui les gens ne veulent plus perdre de temps, ils veulent pouvoir maîtriser les choses. Et puis, on ne dématérialise pas la relation avec l’avocat mais uniquement la prise de contact ! Les clients peuvent rencontrer le professionnel s’ils le souhaitent et de toute façon à la fin, il faudra leur signature en présentiel. »

Un divorce entre 500 et 800€

On-divorce.fr joue la carte de la transparence. Une commission est demandée au client lorsqu’il accède à la plateforme, allant de 150 euros à 200 euros « selon la complexité du dossier ». Ce montant revient à la startup. Dans un second temps, chaque avocat lorsqu’il se présente, annonce son taux horaire. « Un divorce "premier prix" coûte 585 euros par personne, reprend Sébastien Donnadieu. Mais lorsque l’on ajoute des prestations, cela peut coûter plus cher. »

Les avocats, eux, sont des partenaires de la plateforme, recrutés après un entretien. Ils souscrivent ensuite à deux abonnements mensuels, pour l’accès au site internet et pour la digitalisation de leur profil. « En fait nous les accompagnons vers la digitalisation. Cela leur permet de développer leur business dans le domaine du droit des familles, avec pour finalité de leur amener du chiffre d’affaires. »

Une V2 en juin… Pour tous les divorces

Depuis son lancement la plateforme compte 80 dossiers, soit 160 clients, entre Paris et Bordeaux. Les divorces à l’amiable représentent environ 80.000 dossiers par an, sur un total de 128.000. Mais dès le mois de juin prochain il sera possible de s’inscrire pour tous types de divorces, avec des formules adaptées. L’ambition des cofondateurs : accompagner la procédure avant, pendant et après. « Nous sommes en train de passer un partenariat avec l’EPMN (ndlr : école professionnelle de la médiation et de la négociation) pour améliorer le processus, qu’un divorce en contentieux puisse se transformer en amiable. On-divorce.fr a vocation a être un service pour faciliter la vie des gens, et nous travaillons à une solution pour les aider après le divorce avec la dématérialisation des carnets de santé, des carnets de note par exemple. »

La startup vise les 500 dossiers enregistrés d’ici à la fin de l’année, pour se positionner sur un marché de 80 millions d’euros annuel. « Nous avons des velléités de levée de fonds pour la fin de l’année ou le début d’année prochaine, dévoile Sébastien Donnadieu. Nous tablons sur une forte croissance, pour passer de trois salariés actuellement à une vingtaine d’ici fin 2022. La partie digitale va générer des emplois, ainsi que le service client. »

On-divorce.fr
Basée à Bordeaux
3 salariés
CA : n. c.
www.on-divorce.fr

Sur le même sujet