Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Digital : Fridaa. veut rendre le crédit immobilier « plus cool »

Demain
mardi 20 avril 2021

Manuel Letord, fondateur de la startup - Crédits : Fridaa

La startup Fridaa. a lancé, début avril, une application censée permettre de reprendre le contrôle de son crédit immobilier. D’ici à la fin de l’année elle sera agrémentée d’une place de marché pour toutes sortes de produits bancaires. Objectif : 30.000 utilisateurs en 2021.

« Je travaille dans le milieu du courtage immobilier depuis 15 ans et je connais très bien les difficultés que l’on peut rencontrer », présente Manuel Letort. Fondateur de la startup bordelaise Fridaa., il a lancé début avril une application permettant aux utilisateurs de « reprendre le contrôle sur leur crédit immobilier ». La plateforme met ainsi à disposition des outils, de l’accompagnement et du conseil à ses usagers.

« En fait, l’idée m’est venue car en 2020 il y a eu une transformation importante du secteur de courtage en crédit immobilier, explicite Manuel Letort. Les banques ont souhaité modifier leur rapport avec les courtiers ce qui entraîne des rémunérations plus faibles pour ces derniers, et moins de courtiers partenaires. Avant on avait la certitude d’avoir les meilleures conditions avec un courtier, aujourd’hui de mon constat personnel ce n’est plus forcément le cas. »

Fournir une solution en temps réel

Selon le fondateur de Fridaa., les courtiers ne représentent que 30 à 40% de parts du marché, le reste des personnes faisant un crédit immobilier directement avec leur banque : c’est à ces clients que la startup s’adresse. Dans un second temps l’application veut aussi pouvoir traiter le parcours complet de l’achat immobilier. « Savoir pour combien on peut acheter, puis regarder pour chaque bien immobilier quelle est la cohérence en termes de financement, comparer les simulations de crédits monter son dossier… énumère Manuel Letort. En fait mieux lier la partie achat immobilier avec le crédit. C’est assez cloisonné aujourd’hui, et surtout ce n’est pas en temps réel : lorsque l’on est intéressé par un bien on ne peut pas répondre tout de suite, il faut aller voir sa banque, faire une simulation de crédits. » L’application propose de fournir, en temps réel, un résultat concernant le financement.

Mais quelle différence avec un courtier traditionnel ? « Il travaille pour le compte d’un client et discute, trouve des solutions avec des banques. Nous, nous n’avons aucun contact avec elles. On fournit simplement des outils, cela garantit notre neutralité. »

Un modèle freemium construit avec les clients

Fridaa. poursuit deux objectifs à moyen terme. Que la décision d’achat se fasse sur l’application, tout comme le choix du crédit immobilier. L’application, elle, est pour l’instant entièrement gratuite pour ses utilisateurs. Le modèle économique de l’entreprise n’est pas encore totalement structuré, même si les équipes prévoient déjà plusieurs éléments comme le freemium. « Nous allons rendre payante la gestion complète des dossiers de crédit, dévoile le fondateur. En abonnement ou en achat unique, nous y réfléchissons encore. Nous prévoyons aussi de mettre à disposition un accompagnement par des experts dédiés aux projets des clients, sur le même principe que les courtiers c’est-à-dire avec des frais à la performance. Enfin nous pensons à du B2B comme de la mise en relation entre des professionnels de secteurs annexes et nos clients. »

Manuel Letort ne souhaite pas que Fridaa. soit une appli que l’on range – voire que l’on désinstalle, lorsque l'on n'en a plus besoin. Une fois que l’utilisateur a constitué son dossier de crédit, la startup souhaite qu’il puisse réutiliser toutes ces données – et ait accès à des produits annexes. « Si vous voulez avoir un moyen de paiement vous pourrez recevoir une carte bancaire, si vous souhaitez avec un crédit à la consommation il sera possible d’avoir un accord en temps réel… Idem pour un produit d’assurance. » La plateforme pourrait ainsi se transformer en une sorte de marketplace, rendue possible avec l’éclatement progressif de la distribution des produits bancaires.

Vers une seconde levée de fonds

Le fondateur de la jeune pousse veut rendre le crédit immobilier « plus cool, moins stressant et plus agréable ». D’ici la fin de l’année 2021 il espère comptabiliser entre 30.000 et 50.000 utilisateurs. « C’est un objectif important, mais en quelques jours seulement nous avons dépassé le millier de téléchargements », affirme, confiant, Manuel Letort. Le modèle économique sera mis en place dans les prochains mois, et une levée de fonds est d’ores et déjà envisagée. « Nous en avions déjà réalisé une première de 350.000 euros, et nous en envisageons une seconde en format 'seed’, ainsi que des recrutements d’ici à la fin de l’année. »

Fridaa.
Basée à Bordeaux
3 salariés
CA : n. c. 
www.fridaa.co

Sur le même sujet