Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Des robots aux drones, Akeros orchestre l’automatisation

Bordeaux Technowest
lundi 28 juin 2021

Patrick Dehlinger, PDG de Wyca Robotics, Aurélien Wulsztat et Guillaume Thibault, cofondateurs d'Akeros - photo AL

Basée à Mérignac, la startup Akeros développe une plateforme logicielle dédiée à l’orchestration des différentes fonctions assurées par des robots, des drones ou des équipements connectés. Elle vient de signer un partenariat avec la startup toulousaine Wyca Robotics pour équiper ses robots mobiles autonomes.

Tout juste sortis de leurs études d’informatique, Aurélien Wulsztat et Guillaume Thibault se rencontrent en 2015 dans le cadre d’un concours de création de drone organisé par le cluster Aetos. Dans la foulée, ils intègrent l’incubateur de la technopole Bordeaux Technowest pour concrétiser le projet lauréat, mais décident rapidement d’abandonner la conception pure et dure pour se concentrer sur une problématique plus spécifique. « Nous avons constaté une vraie difficulté à faire communiquer des drones ou des équipements hétérogènes, avec des opérateurs souvent confrontés à plusieurs interfaces pour réaliser leurs missions. Nous avons donc décidé de nous recentrer sur le logiciel », se souvient Aurélien Wulsztat, aujourd’hui président d’Akeros.

Les deux fondateurs mettent à profit leur parcours d’accompagnement chez Technowest pour peaufiner leur modèle, recruter leurs premiers collaborateurs et développer les premières briques d’une plateforme baptisée ISI. Sa mission ? Connecter les différents composants d’un système, de façon à faciliter à la fois la mise en place de scénarios d’automatisation et l’administration par un opérateur, d’abord au sein d’un unique drone ou robot, puis à l’échelle d’une flotte ou d’un essaim. « L’objectif est de permettre la collaboration entre des systèmes hétérogènes, en agrégeant les différentes fonctionnalités au sein d’une interface unique », résume Guillaume Thibault. Sur cette plateforme, Akeros empile un certain nombre de briques fonctionnelles dédiées soit à un usage métier, soit à un besoin technique, qu’il s’agisse de piloter des capteurs particuliers, autoriser le contrôle à distance ou cartographier l’environnement dans lequel évolue un robot.

Orchestrer des systèmes de plus en plus complexes

« Akeros réussit à concilier l’automatisation et l’intervention humaine », salue Patrick Dehlinger, PDG de la startup toulousaine Wyca Robotics, qui commercialise justement une base de robot mobile autonome capable de répondre à des usages de type manutention, sécurité, ou accueil du public. « Pour sécuriser un site industriel à l’aide d’un robot autonome, il faut par exemple réussir à mettre en relation des systèmes complexes en intégrant les caméras de sécurité, l’alarme, le robot mais aussi pourquoi pas des drones capables d’assurer le suivi en extérieur. Akeros va permettre de les faire communiquer simplement », poursuit-il. Désormais partenaires, les deux sociétés partagent une conviction commune : c’est cette capacité d’orchestration entre des systèmes hétérogènes qui permettra l’émergence de scénarios robotiques complexes véritablement efficaces, tout en protégeant les clients potentiels des risques d’enfermement propriétaire. « Akeros se positionne au bon moment, le marché est suffisamment mature pour s’intéresser à ces problématiques de standardisation », ajoute Patrick Dehlinger, selon qui la collaboration d’acteurs français permet aujourd’hui d’abaisser significativement le prix d’accès à des robots mobiles autonomes.

La startup mérignacaise, qui réunit aujourd’hui sept personnes et vient de quitter Bordeaux Technowest pour investir ses propres locaux, revendique déjà plusieurs collaborations réussies avec des jeunes pousses locales tels que Lynxdrone, qui développe des drones d’inspection pour le BTP, Nimbl’bot et son bras robotique flexible, mais aussi de plus grands groupes comme Deltadrone. Akeros, qui envisage de réaliser 350.000 euros de chiffre d’affaires cette année, réfléchit désormais à la meilleure façon de se structurer pour préparer la suite. « Notre preuve de marché est faite, il faut maintenant qu’on bascule sur une phase d’accélération d’ici quelques mois », résume Aurélien Wulsztat.

Akeros
Fondée en 2016
7 collaborateurs 
CA 2020 : 240 k€
contact@akeros.com / +33 (0)6 81 46 33 27

Rubrique sponsorisée par :