Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Cybertek investit 5 millions d’euros à Bordeaux pour des PC « made in France »

Stratégie
lundi 30 août 2021

Xavier Sourroubille, à droite, accompagné de Patrick Moron, en présence de Dominique David, députée LREM de la 1ère circonscription de la Gironde, lors d'une visite au siège de Cybertek en juillet

Dopé par la crise sanitaire, le fabricant et distributeur d’ordinateurs Cybertek a bouclé au printemps l’acquisition d’un ensemble immobilier de près de 5000 m² à Bordeaux Nord, pour renforcer ses capacités logistiques et passer à l’échelle industrielle son activité de fabrication d’ordinateurs.

Cybertek s’apprête à inaugurer un nouvel ensemble immobilier de 5.000 m² installé à proximité immédiate de son siège de Bacalan, dans la zone d’activité de Bordeaux Nord. Acquis au printemps, ces anciens entrepôts vont devenir la nouvelle plateforme assemblage et logistique de ce groupe familial, acteur historique de la fabrication et de la distribution d’équipements informatiques via son réseau d’une vingtaine de magasins et ses activités de vente en ligne.

Dans l’entrepôt principal de 4.000 m², le groupe développe ses nouvelles capacités logistiques, dédiées à l’entreposage et la préparation de commandes des pièces informatiques et ordinateurs distribués via ses différents canaux : la vingtaine de boutiques Cybertek – principalement dans l’Ouest de la France, le site e-commerce Cybertek.fr, mais aussi le site Grosbill.com, racheté fin 2018, et les magasins aux couleurs de cette ancienne filiale d’Auchan, sans oublier Picata, son activité de grossiste à destination des revendeurs professionnels. Equipé de convoyeurs automatiques, le bâtiment devrait permettre à Cybertek d’expédier jusqu’à 8.000 colis par jour, contre 400 à 500 aujourd’hui.

Derrière, Cybertek étrennera sa première usine dédiée à la construction et à l’assemblage de tours d’ordinateur, soit pour des productions en série sous marque blanche, à l’image des PC fabriqués pour les enseignes Boulanger, soit pour des configurations montées à la demande des clients, via le configurateur en ligne développé par le groupe. Dotée de quatre lignes de production soutenues par des chariots connectés, elle réunira 60 employés et devrait délivrer, une fois son régime de croisière atteint, jusqu’à 500 machines par jour. « Beaucoup de gens l’ignorent mais nous ne sommes pas qu’un simple distributeur, nous disposons d’un vrai statut de fabricant intégrateur, enregistré comme OEM auprès de Microsoft comme la plupart des grandes marques du marché », rappelle Xavier Sourroubille, cofondateur de Cybertek.

Le projet représente un investissement compris entre 5 et 6 millions d’euros, dont 1,5 million d’euros pour l’achat du seul matériel. Il a bénéficié du soutien de l’Etat par l’intermédiaire du plan France Relance, avec une enveloppe de 800.000 euros attribuée au titre de l’appel à projet Résilience et 200.000 euros de subventions portant sur les systèmes de commande numérique et de convoyage, dans le cadre du programme de soutien à l’Usine du futur. « Avec ces nouvelles capacités, nous avons le potentiel pour atteindre 300 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel », commente Xavier Sourroubille.

Une crise en forme de catalyseur

Si les différentes phases de confinement ont d’abord eu un effet négatif sur l’activité commerciale en magasin, la crise sanitaire a pris la forme d’un véritable catalyseur pour Cybertek, qui a pris le virage du e-commerce en 2015. « Le premier confinement a surtout été marqué par une explosion des ventes de PC portables, liée au télétravail, mais la demande a rapidement suivi sur les PC de bureau, avec une forte augmentation du panier moyen, notamment parce que les joueurs qui ne pouvaient pas partir en vacances avaient envie de se faire plaisir. Tous les associés sont venus préparer des colis pendant la crise », se souvient Xavier Sourroubille.

Cybertek s’est en effet fait une spécialité de monter à la demande des PC « gamers », équipés de composants haut de gamme, taillés pour l’affichage de jeux vidéo en haute définition, avec un prix de vente moyen situé entre 1.300 et 1.500 euros. Pour travailler cette cible courtisée par tous les grands distributeurs, des géants généralistes du e-commerce au grand concurrent lyonnais, LDLC, Cybertek a par exemple investi dans une machine de sérigraphie laser, fournie par Trotec à Pessac, qui sert à réaliser des PC aux couleurs de célèbres licences de jeux vidéo - la série Call of Duty par exemple – commercialisées sous forme de séries limitées. La société a également investi en 2019 dans un concept store parisien, une vitrine jugée indispensable pour augmenter son rayonnement au-delà de sa zone de chalandise historique.


Les PC haut de gamme pour joueurs sont devenus l'une des marques de fabrique de Cybertek

En 2020, Cybertek a réalisé un chiffre d’affaires de 83,6 millions d’euros, et vise entre 100 et 110 millions d’euros pour 2021. Le groupe a massivement recruté pour accompagner sa croissance, et se prépare à ouvrir des postes supplémentaires pour faire fonctionner ses nouvelles installations. « Nous étions 75 il y a deux ans, nous sommes 170 aujourd’hui et notre développement passera par de la main d’œuvre française et même bacalanaise », estime Xavier Sourroubille, convaincu que la valeur ajoutée de Cybertek passe précisément par sa capacité à monter de toutes pièces ses ordinateurs en France.

Relocaliser la construction d’ordinateurs

La conjoncture sert une fois de plus de révélateur, avec en point d’orgue la flambée des prix du transport maritime. « Quand vous achetez des PC préassemblés en Chine, vous mettez entre 600 et 800 boîtiers dans un container. En n’achetant que les matériaux, on passe à l’équivalent de 6.000 ou 7.000 boîtiers dans ce même container, ce qui nous offre un coût d’approche bien plus intéressant, en plus de diminuer l’empreinte carbone de nos importations, éclaire Patrick Moron, directeur des opérations en charge de l’import et des ventes. Relocaliser la préfabrication qui était faite en Asie nous permet également de mieux répondre aux demandes spécifiques de nos clients, tout en garantissant le respect de nos standards de qualité ».

L’équation du PC construit et assemblé en France tient-elle hors période de Covid, surtout si le prix du container retrouve ses niveaux d’avant-crise ? « La progression n’est plus aussi forte qu’au début de la crise, mais nous tenons nos volumes de vente, et nous savons que les débouchés sont là, que ce soit pour le site Cybertek.fr, ou pour la marque Grosbill, que l’on va pouvoir commencer à vraiment exploiter maintenant que la migration informatique et l’intégration sont bouclées », estime Xavier Sourroubille qui, avec ses associés, entend poursuivre une stratégie de développement « familiale », sans levée de fonds ni entrée en bourse.

Cybertek
Fondée en 1996
CA 2020 : 83,6M€
170 collaborateurs