Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Bordeaux Métropole prévoit 50M€ pour la commande publique en 2021 et 2022

Écosystème
lundi 17 mai 2021

Photo d'illustration Alain Anziani- Crédits : AL

50 millions d’euros de commande publique en 2021 et 2022, schéma de développement économique teinté d’une coloration environnementale, ou encore avenir de la papeterie de Bègles : le président de Bordeaux Métropole Alain Anziani fait un point sur plusieurs sujets à venir.

« Dans notre réponse apportée à la crise économique, nous avons fait le bon choix de travailler en partenariat les uns avec les autres », s’est réjoui Alain Anziani lors d’un point presse ce lundi 17 mai. Entouré de plusieurs vice-présidents ainsi que des représentants des chambres consulaires et acteurs de l’économie locale, le président de Bordeaux Métropole est revenu sur plusieurs dossiers économiques – en cours ou à venir. Notamment, une aide de 2 millions d’euros au secteur culturel qui sera présentée ce vendredi 21 mai lors du conseil métropolitain.

50M€ de commande publique sur deux ans

Parmi les dossiers abordés ce matin, celui de la commande publique. « Ce que demandent les entreprises, c’est avoir du travail », a martelé le président de la Métropole. Pour répondre en partie à cette demande, 50 millions d’euros seront alloués à la commande publique sur 2021 et 2022.

Ce vendredi lors du conseil métropolitain les élus voteront pour ou contre l’adoption du nouveau SPASER (Schéma de promotion des achats publiques socialement et écologiquement responsables) pour la période 2021-2026. Si « la loi est la loi », et qu’il est impossible à la Métropole de préférer une entreprise à une autre, la collectivité compte bien dynamiser sa communication au sujet de la commande publique. Comme l’a expliqué Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux Gironde durant ce point presse, « nous avons des efforts à faire car certaines entreprises ne sont pas capables de répondre à des appels d’offre. Nous devons travailler plus pour armer les entreprises à ce sujet. »

L’environnement, fil rouge de l'économique

Les enjeux environnementaux et l’économie circulaire seront en première ligne de cette commande publique. Par exemple la Métropole travaillera, avec ses services, à obtenir un bilan carbone des matériaux utilisés dans le secteur de la construction et de la réhabilitation.

Le schéma de développement économique, élaboré il y a six ans par l’ancienne majorité métropolitaine, est lui aussi au cœur des préoccupations d’Alain Anziani. « Nous avons décidé de le remettre sur la table car il faut toujours aller un peu plus loin. L’idée, c’est de nous donner un cap majeur : faire du développement économique, de la création de richesse et de la production d’emploi. Sinon, ce n’est pas la peine de faire de l’économie. »

Pour autant ce schéma sera teinté d’une forte coloration de transition écologique, avec une approche locale et une attention particulière à l’emploi des jeunes. Pour Patrick Seguin le développement économique de demain doit être « maîtrisé et maîtrisable », tourné vers l’environnement, la société et les performances des entreprises. « Il faut que les entreprises soient rentables pour pouvoir investir en matière environnementale, et cette rentabilité n’est pas un gros mot. »

Les dossiers de Blanquefort et Bègles

La zone industrielle de Blanquefort était aussi au programme du point presse. Si le terrain des circuits sera finalement octroyé à l’entreprise Hydrogène de France, sur les terrains appartenant à Ford « il y a encore deux ou trois ans de déconstruction car il y a un lourd problème de désamiantage », a précisé Alain Anziani. Sans trop en dire, il a déclaré que de « beaux projets » sont en réflexion pour ce site. « Parfois, le secret est la clef de la réussite. »

Enfin la papeterie de Bègles reste « un gros sujet d’interrogation » après l’annonce de la fermeture du site par le groupe belge Etex et la volonté du groupe Global Hygiène de le racheter. « Les salariés se sont regroupés et ont monté un projet tout à fait innovant, a précisé le président de la Métropole. Nous allons les aider avec une subvention de 15.000 euros, soumise au vote des élus ce vendredi. »

Sur le même sujet