Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Baga lance ses boissons « apaisantes » au CBD

Demain
vendredi 04 septembre 2020

Antoine Grenier et Gaspard Duval, fondateurs de Baga

La startup bordelaise Baga vient d’ouvrir les précommandes pour sa boisson « apaisante » enrichie aux extraits de cannabidiol. Objectif de la campagne : valider l’intérêt du grand public pour cette molécule extraite du cannabis et lancer la production à grande échelle afin de surfer pleinement sur la vague du CBD.

Fondée en 2019 par deux jeunes entrepreneurs, Baga développe et commercialise des infusions glacées et fruitées agrémentées de 20 mg de cannabidiol, ou CBD. Au-delà de leurs qualités gustatives, les « Breuvages Audacieux de Gaspard et Antoine » promettent grâce à cette molécule extraite du chanvre un effet relaxant ou apaisant. Après dix mois de développement, Baga a lancé vendredi une campagne de précommandes par l’intermédiaire de la plateforme de financement participatif Ulule, où elle a atteint en quelques heures l’essentiel des 6000 euros qui constituent son premier objectif. « La campagne est une façon de faire notre preuve de marché, pour vérifier l’appétence des consommateurs et faciliter la prise de contacts avec des distributeurs potentiels », explique Gaspard Duval, l’un des deux cofondateurs de Baga.

La startup, qui propose aujourd’hui trois parfums (par exemple, pêche-verveine), cible en premier lieu le marché des bars, restaurants et autres rooftops, avec un prix de vente qui se situeraient aux alentours de 4,5 ou 5 euros, marge du détaillant comprise. Baga compte également faire référencer rapidement sa boisson auprès des boutiques spécialisées dans les quelque 200 « CBD Shops » français qui surfent sur la popularité de cette molécule tirée du cannabis.

Du CBD américain microencapsulé

Comme le THC (tétrahydrocannabinol), le CBD (cannabidiol) est l’un des composés chimiques secrétés par la plante de chanvre, mais sa consommation n’entraîne aucun effet psychotrope. « L’action réelle varie en fonction des circonstances et d’une personne à l’autre, mais on observe par exemple des bienfaits sur les comportements anxieux », indique Gaspard Duval. Baga joue sur cette promesse d’effets relaxants en associant le CBD à des plantes connues pour leur effet apaisant, à l’image de la verveine ou de la camomille. Les deux entrepreneurs ont profité de l’aide du CRT-Agir pour élaborer un procédé de microencapsulation, réalisé à partir d’émulsifiants naturels, pour rendre le CBD soluble dans l’eau alors que la molécule est naturellement liposoluble. Baga confie la production de ses boissons à Maison Roy, un embouteilleur basé en Charente. Les plantes et les fruits utilisés dans la fabrication sont tous d’origine française, mais le CBD est importé depuis les Etats-Unis. « La production démarre en France, mais le cadre réglementaire n’est pas encore suffisamment clair pour que la filière chanvre nationale puisse vraiment se lancer », regrette Antoine Grenier, cofondateur et CEO de Baga.

Refusés dans 15 banques

Contrairement au THC, le CBD n’est pas rangé dans la catégorie des produits stupéfiants. La loi n’interdit pas son utilisation, mais elle reste relativement vague quant aux modalités de son exploitation. Les deux fondateurs font les frais de ce flou juridique lors de la création de leur structure, en 2019. « Nous avons été refusés dans une quinzaine d’agences bancaires. Les conseillers se montraient plutôt enthousiastes, mais le dossier était systématiquement refusé dans la suite du processus », se souvient Antoine Grenier. C’est finalement la cellule innovation de la Banque de France, contactée par l’entreprise du guichet French Tech Central de Bordeaux, qui débloque la situation et leur permet d’obtenir leur compte professionnel. Le prêt bancaire traditionnel reste toutefois inaccessible.

En parallèle du love money, les fondateurs de Baga ont en revanche pu profiter d’une subvention régionale de 10 000 euros au titre de sa R&D, ainsi que de prêts personnels souscrits notamment auprès de l’ADI Nouvelle Aquitaine (Agence de Développement et d'Innovation) et de l’Adie (Association pour le droit à l'initiative économique). La startup profite par ailleurs d’un accompagnement prodigué par Unitec, qui l’héberge à la Cité numérique de Bègles. Une fois ses premiers contrats de distribution signés, Baga espère pouvoir envisager une levée de fonds en 2021 pour déployer ses boissons à l’échelle nationale, puis internationale. « Plusieurs de nos voisins sont déjà très matures sur la question du CBD, le potentiel est donc immense », fait remarquer Gaspard Duval.

Popularisé d’abord par les produits dédiés au monde de la vape (cigarette électronique), le CBD se retrouve déjà dans plusieurs produits alimentaires ou cosmétiques disponibles en France. Mezcal Brothers, un distributeur parisien spécialisé dans les spiritueux, a par exemple lancé en début d’année une eau pétillante au CBD en cannette baptisée Chilled.

Sur le même sujet