Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

Chez Epsilon Composite, l'innovation passe (aussi) par les salariés

Engagement
lundi 19 juillet 2021

Les lauréats verront peut-être leurs projets commercialisés - Crédits : Epsilon Composite

Depuis 2018 Epsilon Composite organise un concours d’innovation pour ses salariés, qui bénéficient d’un temps de travail aménagé et d’un accès à certains moyens de l’entreprise. Plusieurs projets sont en cours de commercialisation par la PME, qui veut favoriser la créativité de ses salariés.

Il y a trois ans de cela, la société Epsilon Composite officialisait son concours d’innovation interne baptisé Epicure. Tous les salariés de la PME, leader de la fibre carbone, peuvent y participer. Une seule condition : utiliser des rebus pour fabriquer des objets innovants. « Cela permet aux salariés d’exprimer leur créativité, se réjouit le directeur général délégué Alexandre Lull. Quels que soit leur poste, commercial, ouvrier ou comptable. » Pour aller plus loin, les participants au concours peuvent même fonctionner « comme une mini-startup » et travailler sur toutes les étapes de leur projet de la conception à la commercialisation. « Y a-t-il une demande des clients pour ces produits, combien puis-je vendre ça, y a-t-il une concurrence… Certains intègrent même des études de marché assez abouties. »

Au-delà de l’aspect « team building », Epicure permet à la PME de valoriser son surplus de production : des tubes de composites trop courts ou des pièces ayant un défaut au millième de millimètre près. « Au lieu de faire du recyclage ou de la revalorisation énergétique, c’est-à-dire broyer ou brûler des produits comme c’est le cas aujourd’hui, il s’agit de surcyclage, poursuit Alexandre Lull. L’intérêt est qu’ils auront plus de valeur ajoutée qu’initialement, on va les rendre plus nobles. »

Du prototype à l’industrialisation

Une fois les lauréats choisis, les porteurs de projet restent impliqués comme référents. « Un peu comme un écrivain lorsque son livre est adapté au cinéma, compare Alexandre Lull. Il reste là pour s’assurer que l’histoire respecte l’esprit du livre. » L’équipe R&D et commerciale reprend tout de même le produit pour le développer jusqu’à la mise sur le marché. « On part du prototype pour le perfectionner et surtout l’industrialiser, souligne le directeur général délégué. Pour qu’il soit fabricable avec des coûts compatibles, compétitifs. » Les premiers projets conçus dans le cadre du concours ont ainsi été mis sur le marché il y a trois mois. Une gamme de mobilier design, Belull, a vu le jour. Si elle ne découle pas directement du concours Epicure, un prix « spécial mobilier design » décerne chaque année un prix au meilleur projet. « Je pense que nous intégrerons dans la gamme Belull les chaises réalisées cette années. »

Une prime financière est décernée à chaque lauréat puis, si commercialisation il y a, une seconde rétribution est versée. « Tous les projets ne sont pas mis sur le marché, précise Alexandre Lull. Lors des précédentes éditions un binôme avait réalisé une trottinette électrique. Or c’est un marché très concurrentiel dans lequel tout se joue sur les batteries et le système, non pas dans la structure. Le projet était super mais on ne saurait pas le commercialiser. »

Développer des talents... Et du chiffre d'affaires ? 

« La seule question que je me pose, c’est pourquoi il n’y pas plus d’entreprises qui organisent ça, lâche le directeur général délégué. Ce concours est un formidable révélateur des talents insoupçonnés dans l’entreprise. » Une stimulation pour les équipes, et une fierté de ne pas être cantonné à son rôle habituel. Alexandre Lull cite d’ailleurs en exemple l’un des lauréats 2021, Marouene Slama, qui a remporté le prix avec son collègue Ludovic Mordacque. Tout deux ont conçu un trépied en carbone pour le « surf casting », autrement dit la pêche à la ligne dans les vagues. « Je n’aurais jamais imaginé qu’il était capable de faire ça et je pense que Marouene s’est surpris lui-même », se réjouit notre interlocuteur. Le produit sera d’ailleurs commercialisé par les équipes d’Epsilon Composite.

Dès la fin de l’année, la PME enregistrera un retour sur investissements financier. Grâce aux meubles designs et aux projets « loisirs » découlant du concours Epicure. « Nous utilisons des rebus en temps masqué, c’est-à-dire lorsqu’il y a une baisse d’activité, détaille Alexandre Lull. Nous ne sommes pas sur des investissements industriels, mais minimes. » Si la part de ces projets dans le chiffre d’affaires 2021 sera négligeable, le directeur général délégué pense déjà au futur. « Ca peut être intéressant si on a 10 projets de produits propres, on pourrait atteindre quelques centaines de milliers d’euros. Ca représenterait une partie infime de notre CA, mais tout de même. »

Epsilon Composite
Basée à Gaillan-en-Médoc
200 salariés
CA 2020 : 23,7M€
www.epsilon-composite.com