Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

ArianeGroup : 250 postes supprimés en Gironde

Écosystème
vendredi 08 octobre 2021

La Gironde compte 3 000 postes. Crédits : Adobe Stock Oceanprod

Environ 250 postes seront supprimés par ArianeGroup en Gironde. Les trois sites, à Saint-Médard-en-Jalles et au Haillan, ne sont pour autant pas menacés de fermeture.

Les 7 500 salariés d’ArianeGroup en savent désormais un peu plus sur leur avenir, deux semaines après l’annonce du plan de départs volontaires. La direction avait, par voie de presse, annoncé la suppression de 600 postes sur ses sites français et allemands. En Gironde, ce sont environ 250 postes qui sont concernés sur les 3 000 existants. A lui seul, le département regroupe près de 50 % des effectifs du groupe. « La direction nous a remis ce matin un document de 350 pages que nous devons maintenant étudier », explique Mathieu Richard, représentant syndical CFE-CGC au CSE central, et salarié à Saint-Médard-en-Jalles. « La réunion, elle, a consisté en un commentaire sur les grands principes ayant permis à un chiffre de 588 suppressions de postes, précisément. »

Entre attrition naturelle et départs volontaires

Dès ce lundi 11 octobre démarreront les négociations entre syndicats et direction, qui devrait proposer un plan de départ. « On attend de connaître les modalités, reprend Mathieu Richard. Pour l’instant, on a compris que certains postes supprimés le seront naturellement, par les départs à la retraite, d’autres le seront par le départ volontaire de salariés. » Selon le représentant syndical, l’attrition naturelle s’élève chaque année à environ 350 personnes, et 100 embauches sont réalisées. « On serait aux alentours de 250 départs incités, mais ce sont des calculs de coin de table. Car on ne connaît pas la proportion de postes naturellement supprimés et d’incitation au départ. »

Au-delà de la suppression de postes, la direction a présenté des axes d’amélioration. Des projets, direction par direction, identifiés comme pouvant apporter une meilleure compétitivité et améliorer les résultats. « L’un de ces axes, par exemple, est la transformation numérique et informatique, reprend Mathieu Richard. Il y a d’énormes gains, de débouchés envisagés, qui devraient permettre d’améliorer la situation. » Pas de changement du côté d’Ariane 6, dont le premier vol devra être, en 2022, une réussite impérative pour ArianeGroup.

Sur le même sujet