Placéco, Le média qui fait rayonner l’écosystème girondin

6.000 m² dédiés au e-sport ouvriront en 2023 à Villenave-d'Ornon

Stratégie
mardi 11 mai 2021

Le site accueillera 200 événements par an - Crédits : T. Vieljeux

La startup Arts of Playing et le groupe Duval Atlantique développent un projet de complexe dédié au e-sport. Le bâtiment de 6.000 m² sera livré au second semestre 2023 à Villenave-d’Ornon. Objectif : organiser 200 événements par an et faire venir 150.000 spectateurs.

Dans deux ans à Villenave-d’Ornon, les amateurs de jeux vidéo pourront profiter d’un espace de 6.000 m² dédié au e-sport. Ce projet, porté par la startup Arts of Playing (AOP) et réalisé par le groupe Duval Atlantique, devrait être livré au second semestre 2023 pour un investissement de 22 à 25 millions d’euros. « L’idée nous est venue en 2016, se remémore Benjamin Zanetti, président de AOP. Avec Jérôme Gallais, cofondateur de l’entreprise, nous avions initialement un projet de cybercafé mêlé à de la restauration rapide. Plus on avançait dans le dossier, plus notre idée a pris de l’ampleur et nous n’arrivions pas à trouver un lieu adéquat. Je ne saurais pas l’expliquer, mais quelque chose manquait. »

Au bout d’un an et demi de recherches le duo décide de faire construire le bâtiment idéal. Et de fil en aiguille, Benjamin Zanetti et Jérôme Gallais entrent en discussion avec le groupe Duval Atlantique. Ils présentent leur projet, passé de 400 à 1.000 m². « A la fin de la discussion, notre interlocuteur nous dit être intéressé par le projet… Si nous acceptons d’être plus ambitieux », poursuit le président d’AOP. En deux semaines, la surface prévue est ainsi multipliée par six, et le cyber-café se transforme en un complexe imposant, entièrement dédié au e-sport.

Cybercafé, école, boutiques spécialisées…

Les acteurs du projet ont vu grand : une salle de spectacle de 1.000 places assises et 12 mètres de hauteur sous plafond, une scène de 20 m², et tout cela le plus amovible possible, permettant d’obtenir une fosse de 600 m² pour la tenue d’événements autour des jeux, vidéos et de plateau, mais aussi des escape game. « On n’y est pas allé avec le dos de la cuillère », résume Benjamin Zanetti sur le ton de l’humour.

Mais une salle de spectacle, encore plus aujourd’hui avec le Covid-19, est difficilement rentable. Pour que ce projet soit viable la startup a imaginé tout un écosystème autour de l’événementiel. Des salles d’entrainement dédiées au e-sport, des salles de réunions privatisables, mais aussi un cybercafé seront construits. « Il y aura également un espace pour se restaurer, une boutique spécialisée, une école de jeux vidéo, un bureau des associations, énumère le président d’AOP. Lorsque nous avons conçu le bâtiment nous sommes allés voir ces associations pour identifier leurs besoins et tenter d’y répondre. »

Trois levées de fonds en 2021

Si la startup est le gestionnaire du site, le groupe Duval qui le construit en est le propriétaire. Arts of Playing de son côté doit investir entre 4 et 6 millions d’euros dans le projet. Accompagnés par le cabinet bordelais RSR, Benjamin Zanetti et Jérôme Gallais travaillent sur une levée de fonds cette année, divisée en trois phase. La première, « pré-seed », leur a permis de réunir 60.000 euros. La deuxième phase est imminente et se déroulera à la fin du mois de mai, dans le but de rassembler 400.000 euros après de business angels. Enfin la dernière, de 1,5 million d’euros, englobera des gros fonds d’investissements.

Avec la situation sanitaire actuelle, l’accélération des événements dématérialisés et l’avènement de la plateforme Twitch, le futur complexe de Arts of Playing peut paraître ambitieux. Benjamin Zanetti assure, lui, que ce projet est viable et même plus : nécessaire. « Surtout pour les compétitions ! Il y a des endroits qui existent en France, mais rien qui ressemble au nôtre. Selon les dernières études, 70% de la population française joue à des jeux vidéo. Le e-sport n’est qu’un catalyseur, c’est vraiment tout l’écosystème autour qui nous permettra de nous développer. »

200 événements par an 

AOP veut à terme organiser des compétitions régionales, nationales et internationales. 200 événements seraient programmés chaque année, dont les deux tiers seraient locaux. « Dans le e-sport, la billetterie ne représente que 10% des recettes globales, précise Benjamin Zanetti. C’est surtout les sponsors et les partenaires qui permettent d’exister. » Si des tournois existants pourraient être hébergés à Villenave-d’Ornon, la startup espère bien créer ses propres rendez-vous, dédiés aux amateurs et aux semi-professionnels. « On s’inscrira dans le milieu des joueurs professionnels mais ça ne sera pas notre cible privilégiée, car ils ont déjà ce qui leur faut. Ce qui m’intéresse ce sont les amateurs qui viendraient participer, s’entraîner, et pourquoi pas se professionnaliser. Nous serons un lieu de rencontre, de business e-sport. »

L’objectif de Benjamin Zanetti et Jérôme Gallais est de faire venir 150.000 personnes par an, et d’être à l’équilibre, si tout va bien, deux ans et demi après l’ouverture. En attendant, le binôme conçoit et organise des événements dématérialisés ludiques autour du e-sport, et a développé un partenariat avec le CROUS pour rompre l’isolement des étudiants. « C’est un bon succès, et nous sommes en train de développer un projet similaire à l’échelle nationale avec le CNOUS. Normalement nous devrions générer entre 50.000 et 100.000 euros de chiffre d’affaires en 2021 avec cette activité. », conclut Benjamin Zanetti. 

Arts of Playing
Basée à Villenave-d'Ornon
5 salariés
CA 2021 : 50.000 - 100.000€
www.artsofplaying.com

Sur le même sujet